Olivier Mantha a signé une entente d’une année avec le Cruch de Syracuse, le club-école du Lightning de Tampa Bay dans la Ligue américaine de hockey.

Un premier contrat professionnel pour Olivier Mantha

Trois-Rivières — Le gardien Olivier Mantha aura sa chance chez les professionnels.

Le gardien de l’Université d’Anchorage en Alaska, qui détient plusieurs records d’équipe au sein de son institution, s’est entendu sur un contrat d’un an dans la Ligue américaine avec le Crunch de Syracuse, le club-école du Lightning de Tampa Bay.

C’est le directeur général adjoint du Lightning, Julien BriseBois, qui en a fait l’annonce par le biais d’un communiqué émis mercredi.

Mantha, un ancien des Dragons du Collège Laflèche, a signé son premier contrat pro à Glens Falls, dans l’État de New York. C’est là qu’évolue le Thunder de l’Adirondack, l’équipe affiliée au Crunch dans la ligue ECHL, division inférieure de la Ligue américaine.

«J’arrive ici confiant. C’est à moi de montrer que je peux devenir un bon gardien chez les professionnels», a mentionné l’athlète de 24 ans, en entrevue au Nouvelliste mercredi soir.

Les détails de l’entente indiquent que Mantha devra d’abord faire ses preuves dans l’ECHL avec le Thunder, qui lutte pour une place en séries. En cas d’élimination, le Latuquois se rapportera au Crunch, où il devrait agir comme gardien d’urgence (troisième).

«Je n’ai jamais douté de mes chances de recevoir une invitation pour l’ECHL. Mais un contrat de la Ligue américaine, c’est encore mieux. C’est vraiment une belle surprise!»

BriseBois a mentionné à son nouveau gardien qu’il avait entendu parler de lui lorsqu’il défendait la cage des Seawolves d’Anchorage, dans la NCAA. Malgré des résultats collectifs peu convaincants, Mantha a toujours su tirer son épingle du jeu, collectionnant les honneurs individuels pendant ses quatre années universitaires.

Étudiant au baccalauréat en mathématiques, il s’est fait connaître pour ses succès devant le filet, mais également pour ses résultats académiques. Il a déjà été nommé étudiant-athlète par excellence de son campus. Son implication dans la communauté fut aussi saluée.

Il y a deux ou trois semaines, un recruteur du Lightning est venu l’épier pendant une partie au Minnesota. Un article publié sur le site de la Western Collegiate Hockey Association, la division de la NCAA dans laquelle jouent les Seawolves, a circulé sur les réseaux sociaux depuis un mois. Le texte raconte le parcours atypique d’un gardien en provenance d’une région éloignée, qui a dû faire des sacrifices avant de s’épanouir comme hockeyeur. Son entraîneur Matt Thomas est d’ailleurs fort élogieux dans ses propos.

La chance de se faire un nom

C’est donc le Lightning, par l’entremise du Crunch de Syracuse, qui offre une première chance à Mantha. Cette organisation est reconnue pour faire confiance aux joueurs originaires du Québec.

«Il y avait aussi de l’intérêt de la part des équipes de Worcester et Boston, mais c’est le Crunch qui a présenté la meilleure offre. En plus, les membres de ma famille pourront venir me voir plus souvent. Glens Falls, c’est pas mal moins loin que l’Alaska!»

Mantha ignore toujours quand il disputera un premier match dans l’ECHL. «Si c’est en fin de semaine, tant mieux. Sinon, je vais attendre. Mais je serai prêt.»