Montreal Canadiens' Carey Price blocks a shot during the second period of an NHL hockey game against the Philadelphia Flyers, Thursday, Nov. 7, 2019, in Philadelphia. (AP Photo/Matt Slocum)

Un point signé Price

CHRONIQUE / Facile d’imaginer Alain Vigneault et Michel Therrien se déboucher un petit produit Molson dans leur bureau tard jeudi soir, une fois l’aréna des Flyers vidé. Après tout, les deux ex-pilotes du Canadien ont savouré un gain face à leur ancien club!

commentaire

Carey Price a tout tenté pour ruiner ce moment. Si le Canadien est sorti de Philadelphie avec un point de plus à épingler au classement, il le doit presque exclusivement à son gardien étoile. Autour de lui, ce n’était pas chic jeudi soir. Des jambes molles, des passes trop longues ou trop courtes, des surnombres accordés, des mauvaises pénalités écopées, alouette.

Dans les circonstances, c’est presque un miracle si le Canadien a pu survivre jusqu’en prolongation. Quand Nate Thompson est ton meilleur attaquant un soir donné, c’est parce que tu es dans le pétrin. Mais, contrairement à ses coéquipiers, Price était au sommet de son art et il a obligé les Flyers à faire du temps supplémentaire pour encaisser les deux points qui leur revenaient.

C’est injuste pour l’Élu si le but vainqueur accordé à Sean Couturier a été réussi sur un tir qu’il a échappé. Il a d’ailleurs fracassé son bâton avant de rentrer au vestiaire, Price. Dur de lui reprocher ce petit moment de colère, dans les circonstances.

Maintenant, Claude Julien a du boulot. Pour un deuxième match de suite, son attaque était amorphe. Ce sont les défenseurs qui ont marqué les deux buts de l’équipe. Il est peut-être temps d’essayer de nouvelles combinaisons...

Au moins, dans le champ arrière, Victor Mete semble beaucoup plus à l’aise pour appuyer l’attaque. Et puis Shea Weber est étonamment productif en zone ennemie à forces égales. Onze points en 16 matchs pour le gros capitaine, dont neuf à cinq contre cinq, ce qui le place dans le top 5 des arrières les plus productifs dans ce rayon. Imaginez si le Canadien trouvait une façon de mettre davantage en valeur son boulet de canon sur l’attaque massive. Mais bon, pour ça, il faut commencer par provoquer des pénalités. Jeudi, le Canadien était tellement peu menaçant que les Flyers n’ont fait aucun détour par le cachot!