Tristan Bérubé a été solide devant le filet du Titan.

Un point aux poubelles pour les Cataractes

SHAWINIGAN — Dans la lutte qu’ils livrent à trois autres clubs pour la dernière place donnant accès à l’avantage de la glace en première ronde en séries, les Cataractes ont laissé un précieux point sur la table vendredi soir.

Les hommes de Gordie Dwyer ont dominé les 40 premières minutes de jeu, avant de bousiller une avance de deux buts en troisième face au Titan d’Acadie-Bathurst, qui a finalement eu le dessus 4-3 en prolongation sur un but spectaculaire de Mathieu Desgagnés en désavantage numérique.

Ce dénouement est dû à deux facteurs. De un, même s’ils ont surclassé la pire équipe de la ligue au cours des deux premières périodes, les locaux n’ont pas été en mesure de s’en éloigner au tableau. Le gardien Tristan Bérubé a été solide, certes, mais les Cataractes l’ont aussi aidé en étant bien peu convaincants en avantage numérique. L’autre point tournant, c’est une pénalité fantôme écopée à William Veillette en troisième, alors qu’un joueur du Titan a fracassé lui-même son bâton en tirant. Si les Cataractes n’avaient jamais dû avoir à se défendre à court d’un homme à ce moment-là, reste qu’ils n’ont pas su stopper le Titan. Les visiteurs ont alors rétréci l’écart à 3-2, et ils ont fini la période en force en provoquant l’égalité.

Les quelque 2600 personnes présentes au Centre Gervais Auto croyaient quand même que leurs favoris allaient repartir avec le point boni, quand le Titan a été pénalisé en prolongation. Mais, pour la 40e fois au cours des trois dernières saisons – la 14e fois au cours de la présente campagne, les Cataractes ont été victimes d’un but alors qu’ils détenaient un avantage numérique…

«14 buts contre en avantage numérique, c’est désastreux. Je n’ai jamais vu ça. C’est sûr qu’en utilisant cinq attaquants en même temps, on s’expose un peu plus. Mais bon, il faut trouver des solutions, ça presse. On se prépare à jouer des matchs qui seront de plus en plus serrés, où souvent il n’y aura qu’un but de différence. On ne peut pas continuer à donner des buts en avantage numérique», fulminait le vétéran de 20 ans Maxime Trépanier, coupable de deux pénalités qui ont brisé autant de jeux de puissance en début de match. D’ailleurs, Trépanier s’est inclus volontiers dans les facteurs expliquant les revers. «Avec une jeune équipe, les vétérans, on devait s’assurer que tout le monde soit prêt. On ne peut pas dire mission accomplie là-dessus. Notre façon de jouer a été décevante. On a perdu un point ce soir», ajoutait-il.

Dwyer était un peu plus calme. En pilote d’expérience, il n’a pas voulu blâmer les officiels pour la pénalité qui a changé le cours de la soirée. «Ce que je retiens, c’est qu’à ce moment-là, nous n’avons pas été en mesure de relever le défi qui se présentait à nous. De plus grands défis nous attendent dans les prochaines semaines. Il faut apprendre de ce qui s’est produit ce soir», proposait-il, en convenant ne pas encore avoir trouvé les solutions appropriées aux déboires des unités spéciales. «En avantage numérique, tu veux placer tes joueurs de talent dans de bonnes positions. Nous sommes encore en train de chercher les bonnes combinaisons. Quant aux buts accordés, ce n’est pas une question de talent, c’est une question de mentalité. Ce soir, on affrontait une équipe qui joue son meilleur hockey de la saison. On a mis en garde nos vétérans : ça prenait 60 bonnes minutes de jeu. Il en manquait.»

Dans l’autre vestiaire, Mario Durocher savait que son club avait réussi un petit larcin. «Tu sors de l’aréna avec deux points malgré une seule bonne période, c’est rare que ça arrive. Ça fait du bien. Nous sommes en train d’apprendre à gagner, c’est un processus qui n’est pas facile. Desgagnés a fait tout un jeu sur le but vainqueur…»

Carnet de notes

Daniel Renaud a réussi ses débuts à la barre des Foreurs. Les nouveaux protégés de l’ex-pilote des Cataractes ont dominé les Tigres de Victoriaville 5-3 vendredi soir. Renaud et les Cataractes vont se croiser dès mardi, à Val-d’Or, moins d’un mois après son congédiement… Mavrik Bourque doit revoir le médecin le 10 mars. En attendant, il entraîne ses jambes en gymnase, et il met un peu les patins, lui qui est blessé au haut du corps. Dans le meilleur des scénarios, il serait disponible pour le dernier week-end de la saison. Dans le pire, il sera à son poste pour le début des séries une semaine plus tard… le prochain match des Cataractes a été programmé pour dimanche, 16h, alors que les Mooseheads feront escale en Mauricie.