Austin Riley a terminé une fois sur le podium jusqu’ici cette saison.

Un pilote autiste se démarque en Coupe Nissan Micra

TROIS-RIVIÈRES — Le premier mot d’Austin Riley n’a pas été papa ou maman, mais Ferrari. Aujourd’hui, à 20 ans, ce jeune pilote autiste continue à briser les barrières en Coupe Nissan Micra, série dans laquelle il rivalise dans le haut du peloton.

Austin est originaire de la grande banlieue de Toronto. Il participe au GP3R pour la troisième année consécutive. Il pilote la voiture numéro 20.

«C’est un beau circuit, mais c’est très serré», s’est-il exclamé en revenant aux puits, après une rencontre avec les conducteurs de la Coupe Nissan Micra.

«Il peut être aussi rapide que les autres», ajoute son père, Jason Riley, en souriant. Austin n’a pas vécu une enfance facile. «Grandir avec le trouble du spectre de l’autisme n’est pas évident, il a été rejeté à l’école. Il a fallu travailler fort pour lui bâtir une confiance. Ma femme et moi avons cherché plein d’activités pour l’aider à s’épanouir, mais on ne trouvait rien.»

Puis, un jour, le karting est arrivé dans les discussions. «Il était obsédé par les voitures dès son plus jeune âge, mais il n’a jamais voulu essayer le karting. Après un mois à tenter de le convaincre de faire seulement un tour à la piste près de la maison, il a fini par accepter.»

Ce fameux tour aura changé son destin. «Il a adoré ça! Il n’a pas arrêté après son tour, ni après le drapeau à damier», rigole Jason Riley, en se remémorant cet heureux souvenir. «Il était vraiment jeune, il a fallu que j’aille le chercher moi-même sur la piste pour l’arrêter!»

Des années plus tard, les Riley ont découvert la Coupe Nissan Micra grâce à Metod Topolnik, un défenseur de la cause de l’autisme. Austin avait eu le temps, avant cette rencontre, de s’imposer à quelques reprises comme champion de karting en Ontario. Il a également été vice-champion de sa catégorie à l’échelle nationale. «Ç’a été une super opportunité pour lui, mentionne son père. Austin est heureux, on le suit partout et tant qu’il va aimer piloter, ça va continuer.»

L’Ontarien a terminé une fois sur le podium jusqu’ici cette saison, au Calabogie Motorsport Park le 2 juin, lors de la quatrième épreuve du calendrier. Il y a quelques jours à peine, une occasion en or se présentait à lui, alors qu’il a eu le privilège de courir dans la Saleen Cup, à Portland en Oregon. C’est l’homme d’affaires Steve Saleen lui-même qui a invité Austin Riley dans l’Ouest américain. «Ç’a bien été, Austin a terminé au premier rang de sa catégorie. On ne pense pas qu’il va se tanner de sitôt!»

La famille Riley a rendez-vous pour la prochaine course à la fin du mois... à Watkins Glen. Finalement, ça aura valu la peine d’insister.