La 4e édition du Challenge blanc avait été couronnée de succès. Sur la photo, on voit l’équipage Team BT, composé de Joey Bouliane et Éric Tremblay, à leur arrivée après la première étape lors de l’édition 2018.

Un parcours de 800 km pour la 5e édition

La Tuque — Le Challenge blanc est un rallye de navigation hors-piste qui n’a rien d’une course. Pour la cinquième édition, les motoneigistes participants partiront à l’aventure dans les vastes espaces de la Haute-Mauricie pendant trois jours plutôt que deux. Ils parcourront aux alentours de 800 kilomètres du 14 au 16 février prochain.

«Depuis le début, je souhaitais me rendre à la cinquième édition. J’ai décidé, pour cette édition-ci de faire revivre un peu l’Harricana, la grande course à laquelle j’ai participé en 2002. Ce ne sera pas chronométré, mais au niveau de l’endurance, il y aura une troisième journée. On passe de deux à trois jours et en plus, on va faire un bivouac à Wemotaci», explique Patrick Trahan, l’organisateur de l’événement.

Il n’y a aucun chronomètre dans l’aventure, c’est plutôt la distance parcourue qui détermine les vainqueurs ou «ceux qui font le moins d’erreurs». Les équipes doivent enfourcher leur motoneige et parcourir le territoire à l’aide d’un roadbook. Au courant de la première journée, les participants devront explorer aux alentours de 350 km, près de 300 km à la deuxième journée et 150 km pour boucler l’aventure.

«C’est au moins 300 km de plus que les autres éditions», note Patrick Trahan.

Il n’y a pas que les kilomètres qui se sont multipliés depuis la création du Challenge blanc, les participants aussi. De huit la première année, ils seront aux alentours de soixante pour célébrer le cinquème anniversaire de l’événement. Ils viennent d’un peu partout dans la province, de l’Abitibi à la Côte-Nord en passant évidemment par la Mauricie, mais aussi de la Belgique.

«Il faut une bonne expérience de hors-piste, sans nécessairement être un champion du monde. Si on a fait juste du sentier, il se pourrait que les gens trouvent le temps long. Il faut de la détermination et un minimum de forme physique. Si on est fort mentalement et endurant, c’est possible d’aller jusqu’au bout. C’est la clé du succès parce que ce n’est pas une question de vitesse», insiste-t-il.

Des invités de marque seront également sur la ligne de départ; l’humoriste Philippe Laprise et le comédien Guillaume Lemay-Thivierge, qui en sera à sa troisième édition.

Les femmes étaient plutôt rares dans les dernières éditions, mais pour la première fois, deux équipes complètement féminines tenteront leur chance. «Techniquement, elles sont très bonnes en navigation», assure le promoteur.

Les participants s’arrêteront pour se reposer à Wemotaci après la première journée d’activités. Ils seront accueillis dans la communauté atikamekw avec un souper et un spectacle traditionnel. Avant de reprendre leur route, les motoneigistes auront la possibilité de participer à un affrontement optionnel.

«Il va y avoir une spéciale chronométrée lors de notre passage à Wemotaci. […] Ce sera deux sauts, c’est optionnel pour les participants. Ce n’est pas tout le monde qui veut faire de la course. C’est pour le plaisir. Le Challenge blanc ce n’est pas une course. On fait ça pour donner un spectacle aux gens», a expliqué Patrick Trahan.

L’édition 2019 de l’événement a pris des proportions plus grandes, mais également l’ouvrage de préparation à faire sur le terrain.

«Ça demande beaucoup de travail et d’organisation. Juste de déplacer le rallye, ça demande une logistique énorme. J’ai de l’aide, mais j’en prendrais encore plus. Si les gens veulent venir rouler avec moi, ils sont les bienvenus… tout le monde sauf les participants», lance l’organisateur.

On travaille fort aussi sur tous les aspects sécuritaires de l’événement. Il ne reste qu’à souhaiter une température clémente, quoique dans les dernières éditions les participants ont déjà réussi à braver de la pluie et du froid extrême.

Les gens vont pouvoir suivre le Challenge blanc en temps réel. Il va y avoir un lien pour suivre les équipes sur le site Internet de l’événement.