Jan Drozg a choisi Shawinigan pour poursuivre sa progression.

Un oiseau rare pour dynamiser l'attaque

À la recherche de renfort de qualité pour redynamiser leur attaque, les Cataractes ont surpris bien des gens en pigeant en Slovénie au dernier repêchage juin pour assurer la succession à Dennis Yan.
Les joueurs russes ont la cote dans la LHJMQ. Les Tchèques aussi. Les Slovènes? Pas tellement! Faut dire que ce petit pays produit très peu de joueurs élites. Sauf erreur, Anze Kopitar est le seul joueur natif de la Slovénie dans la LNH.  Jan Drogz est donc un oiseau rare... «Il y a cinq ou six arénas seulement dans mon pays. Très peu de jeunes jouent au hockey. Mais moi, mon papa est un ancien joueur, et j'ai adoré dès que j'ai commencé», sourit l'attaquant de 18 ans, heureux de se retrouver à Shawinigan. Il espère que ce sacrifice lui permettra un jour de suivre les traces de Kopitar. «Ce ne fut pas une décision facile à prendre, de quitter la maison. Je suis content de l'avoir prise, j'aime vraiment mon nouvel environnement. Je sens que je suis à la bonne place pour progresser. Kopitar est bien sûr un modèle pour moi, j'ai eu la chance de le côtoyer un peu. Il prouve que c'est possible de se rendre au plus haut niveau avec beaucoup de travail.»
Choix de cinquième ronde au dernier repêchage par les Penguins, Drozg débarque du camp des Penguins, où il avoue avoir été impressionné. «La compétition était féroce, ce ne sont pas champions de la Coupe Stanley par hasard! Affronter des gars comme Sidney Crosby, Kristopher Letang et Evgeny Malkin dans un match intraéquipe, c'est spécial! J'ai essayé d'amasser le plus d'informations possible là-bas. Tu peux apprendre beaucoup en côtoyant des joueurs de cette trempe.»
Drozg, un droitier en mesure de jouer sur les deux ailes, ne demande pas mieux que de mettre son bagage au service de sa nouvelle équipe. Pas question toutefois de se fixer des objectifs personnels. «Il y a une certaine adaptation à faire, avec les glaces de dimensions nord-américaines. Je ne suis pas inquiet à ce niveau. Reste que je me concentre d'abord et avant tout sur les succès de l'équipe. Je veux aider cette équipe à gagner le championnat!»
Glotov de retour
Le deuxième casier européen sera finalement occupé par Vasily Glotov. Le vétéran de 20 ans a été retranché du camp des Sabres mercredi et il était déjà de retour en Mauricie jeudi matin. 
Sa présence au match inaugural vendredi soir est toutefois incertaine, puisque les Cataractes attendent encore sa libération internationale. Quand celle-ci sera arrivée, Martin Mondou devra prendre une décision dans le cas de  Danil Roganov, un autre patineur européen qui se retrouve sans casier. Une transaction, ou à tout le moins une place au ballotage semble inévitable dans le cas de ce défenseur de 6'4'' et 220 livres, lui aussi réclamé l'été dernier au repêchage européen.