L’homme d’affaires Yves Tremblay planche actuellement avec des partenaires sur un projet qui pourrait bien bonifier le nouveau complexe sportif multidisciplinaire qui remplacerait le vétuste aréna Jean-Guy-Talbot.

Un nouvel aréna à Cap-de-la-Madeleine?

TROIS-RIVIÈRES — Convaincu que le secteur de Cap-de-la-Madeleine doit conserver un aréna, l’homme d’affaires Yves Tremblay planche actuellement avec des partenaires sur un projet qui pourrait bien bonifier le nouveau complexe sportif multidisciplinaire qui remplacerait le vétuste aréna Jean-Guy-Talbot.

«On parle de revitaliser le bas du Cap-de-la-Madeleine. Ça prend alors des infrastructures qui donnent de la fierté aux gens», affirme Yves Tremblay.

Le propriétaire de Plante Sports et actionnaire du Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine de la Ligue de hockey senior AAA du Québec s’inspire dans son projet des réalisations de l’entreprise Honco. Il doit d’ailleurs rencontrer des représentants de cette entreprise, qui conçoit en usine des bâtiments en acier sur mesure, après la période des Fêtes. Honco a notamment réalisé un complexe de deux glaces dans le secteur Saint-Romuald à Lévis au coût de 16 millions $.

«J’aimerais ça qu’on regarde la possibilité de greffer un nouvel aréna au complexe sportif multidisciplinaire», mentionne l’homme d’affaires.

«Lorsqu’on construit à l’extérieur, ça coûte beaucoup plus cher. Un fabricant comme Honco, qui préfabrique en usine, permet des économies d’environ 30 %. Tu es capable avec ces économies de faire des ajouts au projet.»

Ce projet incluant un aréna dans le complexe sportif serait financé, estime M. Tremblay, aussi bien par des fonds publics que privés. «Nous, au niveau du privé, on est prêt. Mais on ne veut pas devenir les propriétaires. On veut que ça demeure la propriété de la Ville», souligne-t-il.

«On aimerait probablement faire la gestion de tout le complexe avec un bail emphytéotique. On agirait comme gestionnaire pour la Ville.»

Les différents partenaires privés impliqués dans ce projet se sont déjà rencontrés à quelques reprises. Yves Tremblay tient toutefois à préciser que cette démarche se veut complémentaire au projet de la Ville de Trois-Rivières. «Je ne veux pas embêter la Ville. Mais, si elle est prête à mettre huit millions $ dans un complexe sportif multidisciplinaire et que les gouvernements embarquent, pourquoi est-ce qu’on ne garderait pas un aréna au Cap-de-la-Madeleine», estime M. Tremblay.

Bien qu’il soit presque rendu à la fin de sa vie et qu’il doit être démoli, l’aréna Jean-Guy-Talbot est très apprécié de ses utilisateurs et ses spectateurs. Son atout principal est la proximité des spectateurs avec l’action qui se déroule sur la glace. Ses dimensions et son nombre de sièges répondent notamment très bien aux besoins d’une équipe comme celle du Climatisation Cloutier.

«Ça prend un aréna qui compte entre 900 et 1000 places assises, similaire à Jean-Guy-Talbot (923 sièges). Ça ne donne rien d’avoir un aréna en compétition avec 2000 sièges comme le Colisée. Il s’agit d’une configuration parfaite pour du hockey intermédiaire comme celui de la Ligue senior AAA du Québec», affirme Yves Tremblay.

«La beauté de Jean-Guy-Talbot, c’est qu’il y a des bancs de chaque côté. C’est un vrai aréna. Lorsqu’il y a des estrades que d’un seul côté, tu es toujours face à un mur. Ce n’est pas la même ambiance.»

Ce nouvel aréna qui s’ajouterait au complexe sportif multidisciplinaire censé remplacer Jean-Guy-Talbot pourrait bien, précise Yves Tremblay, favoriser aussi la revitalisation du terrain de baseball voisin et ainsi lui permettre notamment d’accueillir les Aigles de Trois-Rivières lorsque leur domicile est difficilement accessible durant l’Expo ou le Grand Prix.

«On peut mettre des gradins collés sur l’aréna et on pourrait mettre une mezzanine en haut pour que les gens puissent discuter et regarder les parties. Il faut que ça soit quelque chose de convivial», poursuit celui qui a la tête remplie d’idées pour dynamiser ce secteur de Cap-de-la-Madeleine.

«On peut aussi aménager une terrasse extérieure près des terrains de dek hockey qui donnerait sur un restaurant, un bar et un café avec internet où on peut accueillir environ 250 personnes. Il passe environ 2000 personnes certains jours à cet endroit. Je suis convaincu qu’on peut difficilement manquer notre coup.»

Le Nouvelliste souhaitait avoir les réactions du maire de Trois-Rivières sur ce projet d’hommes d’affaires. Toutefois, Jean Lamarche a décliné notre demande d’entrevue.