Charles Hudon

Un K.-O. et une pizza toute garnie!

(Commentaire) Jamais il y a deux semaines j’aurais osé écrire ces mots dans la même phrase: Canadien, quatrième, victoire, consécutive.

Auriez-vous accordé la moindre chance au Tricolore du mois d’octobre de coller deux victoires de suite, dans deux villes différentes? C’est pourtant ce que vos joueurs ont réussi. Contre deux clubs de leur division en plus.

Ce qui est en encourageant, c’est de voir le Canadien capable de gagner ces parties, mais sans dupliquer la même recette.

Jeudi, c’est le trio de Tomas Plekanec, Charles Hudon et Brendan Gallagher qui a animé le spectacle alors que la veille, Carey Price a réparé les gaffes de ses coéquipiers.

Le match avait pourtant mal commencé pour le CH jeudi. Oui, Gallagher a donné les devants aux siens, mais la réplique rapide d’Anthony Mantha a endormi les visiteurs. On a eu l’impression qu’ils avaient fait honneur au nom du nouvel amphithéâtre des Red Wings en s’empiffrant de pizza Little Caesar’s avant de sauter sur la glace.

Heureusement, le trio de Plekanec a réanimé l’attaque tôt en deuxième. Revigoré, Andrew Shaw a ensuite complété une belle mise en scène de Phillip Danault pour faire 3-2. Depuis le début de la campagne, le Canadien a souvent encaissé deux buts en moins de 90 secondes, ce qui lui a presque toujours scié les jambes. C’est arrivé aux Red Wings.

Un mot sur Jacob De La Rose. Il y a quelques années, il était considéré comme l’un des bons espoirs chez les attaquants défensifs. Ses premiers coups de patin dans la LNH laissaient entrevoir une longue carrière, mais pour diverses raisons, il n’a jamais pu s’implanter à Montréal. Eh bien jeudi, il a relevé avec brio l’immense défi que lui commandait Claude Julien. Inséré au centre du premier trio avec Max Pacioretty et Alex Galchenyuk, le Suédois n’était pas mêlé du tout, contrairement à l’auteur de ces lignes quand il consulte un manuel de montage d’un meuble Ikea.

Le Canadien a servi un K.-O. aux Wings, à l’image des bons combats de ce fameux Joe Louis, dont on s’ennuie déjà du vétuste aréna à Detroit. Avez-vous vu tous ces bancs vides? Ça faisait pitié. Comme les Red Wings en troisième...