Dixième au Championnat canadien novice, Michelle Rivest poursuit son développement comme patineuse artistique au sein du programme Sport-études des Estacades.

Un joyau de l’Ontario

TROIS-RIVIÈRES — En prenant la dixième place au Championnat canadien novice de patinage artistique à la mi-janvier, Michelle Rivest s’est assurée que Patinage Québec retienne son nom. C’est au sein du programme Sport-études des Estacades que l’adolescente poursuit son développement avec, en trame de fond, l’espoir de participer un jour aux Jeux olympiques.

Arrivée à Trois-Rivières il y a quelques années à peine, elle a dû s’intégrer à une nouvelle école... et une nouvelle langue. Pas que la patineuse de 15 ans ne maîtrisait pas le français, mais elle était habituée d’étudier en anglais. Elle arrivait de Barrie, en Ontario. C’est là-bas qu’est née sa passion pour le sport de Joannie Rochette. «J’ai patiné en Ontario de 7 à 12 ans, avant de déménager ici avec ma mère», explique-t-elle, fière des progrès réalisés depuis. «Pour le français écrit, ce n’était pas évident. J’ai travaillé fort et aujourd’hui, je peux dire que ça va beaucoup mieux. Je réussis mes cours, je me suis bien intégrée.»

Tant mieux, parce que sur la glace, les choses se passent rondement pour celle qui était déjà dans la mire de la fédération provinciale, avant de confirmer son potentiel au Championnat canadien novice, à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Jeudi dernier, lors de la visite du Nouvelliste à l’aréna Jérôme-Cotnoir, elle venait de rencontrer Manon Perron, une figure emblématique du patinage artistique au Québec et connue, entre autres, pour avoir entraîné Joannie Rochette, une ancienne étudiante des Estacades. Elle était à ses côtés à Vancouver, en 2010, quand elle a remporté la médaille de bronze.

«Sur le point technique, elle est excellente. Michelle est petite, son centre de gravité est moins haut, ça peut l’avantager. C’est une bonne sauteuse», explique son entraîneure de Sport-études, Janic Leblanc. «Le prochain défi, c’est tout le volet artistique et la musicalité. C’est l’une des bonnes patineuses qu’on a eues dans les dernières années.»

Selon elle, sa protégée a tout pour réussir. «Elle est exigeante envers elle-même. Son top-10 aux nationaux, ça confirme tout le talent qu’elle a. Le programme de développement avec Patinage Québec va l’aider à cheminer.»

Michelle Rivest passera de la catégorie novice à junior, cet été. «Je travaille sur de nouveaux éléments. Je sais que je dois améliorer l’artistique. Tant que j’aurai du plaisir à patiner, je vais continuer. Et si ça doit me mener aux Olympiques, ce sera encore mieux!»