Les Canadiens ont perdu contre les Flames jeudi soir.

Un gros point laissé sur la table

COMMENTAIRE/ Les fans finis du Canadien seront peut-être heureux du point amassé jeudi soir. Mais dans les faits, votre équipe a laissé un gros point sur la table face aux Flames de Calgary.

Les meilleurs éléments des Flames semblaient avoir laissé beaucoup d’énergie à Toronto mercredi. Ils n’ont pas livré un grand match, il faut être honnête. Quiconque a vu jouer un peu Johnny Hockey depuis le début de la saison sait que la grande vedette des Flames n’était pas dans son assiette.

Tant mieux pour le Canadien, qui s’était forgé une avance de 2-1. À domicile, avec l’Élu entre les poteaux, il fallait trouver une façon de protéger cette avance en troisième. Le Canadien a échoué. Et il peut même se compter chanceux de s’être rendu en prolongation, car les Flames ont bousillé un avantage numérique de deux hommes d’une minute en fin de match.

Un mot sur Max Pacioretty et Alex Galchenyuk. Le premier a été incapable de récupérer une rondelle libre en prolongation, quelques secondes avant le but gagnant de Sean Monahan. D’accord, il est à l’origine du filet de Philip Danault mais à part cette scène, il a encore une fois été très discret. Ça fait une douzaine de matchs d’affilée que le capitaine joue de cette façon. Quelqu’un peut m’expliquer alors pourquoi il a eu droit à 10 minutes de temps de jeu de plus que Galchenyuk? Je regarde leur fiche depuis le début de la saison, leur impact sur la glace. Je ne vois aucune raison qui peut justifier ça. Galchenuyk était certainement plus dynamique que Pacioretty jeudi soir. 

Je veux bien que Julien offre toutes les chances à Pacioretty de se relancer. J’aimerais juste qu’il offre aussi un peu d’amour à Chucky. À part Drouin, c’est le joueur au talent brut le plus prononcé dans l’alignement. Le Canadien n’a clairement pas de surplus dans ce rayon! Galchenyuk n’est pas le type de joueur que Julien affectionne? C’est correct, mais il doit au moins utiliser ses dons. Avec neuf minutes de jeu jeudi soir, on est loin du compte. Ça me rappelle que Blake Wheeler n’était pas non plus le type de Julien à Boston. Les Bruins se mordent encore les doigts de l’avoir échangé...