La 87e Classique de canots se transformera en Festival de la rivière pour l’édition 2020. Une journée d’activités est prévue le dimanche 6 septembre, au Parc de l’Île-Melville de Shawinigan.
La 87e Classique de canots se transformera en Festival de la rivière pour l’édition 2020. Une journée d’activités est prévue le dimanche 6 septembre, au Parc de l’Île-Melville de Shawinigan.

Un festival pour remplacer la Classique de canots 2020

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Shawinigan — Depuis presque neuf décennies, la fête du Travail rime avec la Classique internationale de canots pour les gens de la Mauricie. Organisateurs et canotiers ne voulaient pas déroger à la tradition pour 2020. La 87e Classique se transformera ainsi en Festival de la rivière, le dimanche 6 septembre.

L’Association des coureurs en canot du Québec, le Club de canotage de Shawinigan, la Classique ainsi que la direction du Parc de l’Île-Melville s’unissent dans le but d’offrir une compétition aux amoureux des sports de rame de la région, sur la rivière Saint-Maurice. Un rendez-vous adapté selon les capacités de ceux qui s’inscriront (20 km avec départ en portage pour le C2, 6 km sans portage pour les autres).

On s’attend à accueillir des athlètes aguerris, mais l’invitation est également lancée aux néophytes.

«Ce sera une grande fête intime», illustre le directeur général de la Classique, Dominic Thibault, au sujet de cet événement qui ne pourra évidemment rassembler plus de 250 personnes. On est loin des milliers de curieux qui se déplacent pendant les trois jours de l’un des événements phares du sport en Mauricie, de La Tuque à Trois-Rivières.

«L’une des raisons de l’annulation de la Classique 2020 résulte de la complexité à gérer les foules. Par contre, les spectateurs pourront toujours jeter un œil sur les courses par le boulevard du Capitaine-Jos-Veilleux, s’ils le désirent. Sur le site toutefois, ce sera très contrôlé.»

On ne parle donc pas d’un grand rassemblement populaire. L’idée consiste plutôt à réunir la communauté du canot ainsi que les autres sports de rames, dont certains sont plutôt en vogue cet été.

Le paddleboard est couramment mentionné. Une popularité confirmée par des intervenants du milieu, dont Dominique Vallée de Do Sport 3R et le directeur général du Parc de l’Île-Melville Luc Désaulniers.

«Chez Do Sport, on nous dit que les ventes de paddleboards sont en hausse de 80 %! On dirait que tout le monde en fait cet été. C’est pour ça qu’on veut aller chercher les plaisanciers, pas seulement ceux qui font de la compétition.»

En plus du canot à 2 (C2) et du paddleboard, des départs seront lancés en C1, en kayak, en canot de chasse et en surfski, entre autres.

Les organisateurs souhaitent attirer entre 80 et 100 participants. «Compte tenu des cours délais, ce serait une belle réussite.»

Départ symbolique

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Classique de canots a tenu des départs symboliques, en hommage aux soldats au front. Il n’y a pas eu de courses pendant quelques années, mais des canotiers se rendaient néanmoins à La Tuque pour une courte cérémonie.

«C’était aussi difficile à l’époque d’organiser des courses. Des usines étaient converties pour l’effort de guerre, les commanditaires avaient moins de ressources pour aider la Classique.»

Dominic Thibault et son équipe ont pensé à un autre type de départ symbolique pour 2020, lequel se fera en compagnie de la présidente d’honneur et fondatrice du Club de canotage de Shawinigan, Lise Lapointe, sur le site du Festival de la rivière, au Parc de l’Île-Melville.

«Dès le mois de mars, on planchait sur un départ symbolique, pour souligner la contribution des professionnels du réseau de la santé et rendre hommage aux disparus. Les participants se tiendront tous ensemble sur le câble de départ, il y aura un klaxon et un coup de rame donné. Avec plein d’athlètes et de sportifs occasionnels, de toutes les diversités. Ça s’inscrit aussi dans le vent de changement de la Classique, observé depuis quelques années.»

Le Défi Réjean-Huard, qui jumelle des athlètes et des personnes vivant avec une déficience intellectuelle, figure aussi à la programmation de cette journée, dont tous les détails sont disponibles sur les pages Facebook de l’ACCQ et de la Classique.