Des séances de perfectionnement sont offertes chaque mercredi soir afin de remplacer les Courses du mercredi, annulée en raison de la pandémie.
Des séances de perfectionnement sont offertes chaque mercredi soir afin de remplacer les Courses du mercredi, annulée en raison de la pandémie.

Un été pas comme les autres

SHAWINIGAN — L’Association des coureurs en canot du Québec a revu l’offre de ses activités afin de se conformer aux demandes de la Santé publique. Dorénavant, les «courses du mercredi», issues du circuit régional, sont remplacées par des cliniques de perfectionnement de canot marathon.

Depuis le début du mois de juillet, l’ACCQ offre des séances de pratique à ses membres au parc de l’Île-Melville. Chaque cours est filmé et partagé sur les réseaux sociaux afin que les adeptes, membres ou non, puissent se perfectionner.

D’ailleurs, les formations sont tenues par la crème de la crème des canotiers en région, comme Guillaume Blais, Samuel Frigon, Christophe Proulx, Mathieu et Jimmy Pellerin, Serge Pagé, Dominic Chamberland, Josiane Tanguay et Steve Lajoie. Les capsules bénéficient d’un montage avant d’être publiées afin de seulement y recueillir l’essentiel.

«On voulait être là pour nos membres tout en respectant les règlements sanitaires. On limite le nombre de personnes, on prend les présences à l’entrée et on n’accepte pas les spectateurs. L’apprentissage se déroule en deux temps, soit une quinzaine de minutes sur la terre ferme, où on voit la théorie, et par la suite on se dépêche à mettre en pratique cela sur l’eau. On est chanceux d’avoir des entraîneurs avec autant de talent qui donnent de leur savoir», s’exclame le président de l’ACCQ, Jérémy Léveillé.

L’ACCQ accorde une grande importance aux mesures sanitaires. Inscriptions limitées, distanciation sociale et station de désinfection sont de mise lors des cours.

Le Rabaska en relève

L’organisation n’a pas eu de problème à se trouver des participants. Au contraire, considérant que les amateurs de rabaska ne peuvent pas pratiquer leur sport puisque la distanciation sociale y est impossible, la plupart d’entre eux se sont tournés vers le canot. «C’est vraiment satisfaisant de se promener sur l’eau et de rencontrer autant de fervents qui pratiquent pour le plaisir. C’est beau à voir et ça change le mal de place», a-t-il renchéri.

Les courses sont rares

Le circuit provincial ZRE (Zaveral Racing Equipment) tient quant à lui des courses cet été, mais à la sauce COVID-19. C’est-à-dire que les inscriptions sont enregistrées en ligne, et ce, à l’avance. Les places sont limitées et plusieurs mesures sont mises en place.

De ce nombre, il y a une station de désinfection, aucun prix n’est remis sur place comme c’était le cas dans le passé, il n’y a pas de rassemblement permis et la ligne de départ est vaste pour accommoder les athlètes.

La première course de l’année s’est tenue à Saint-Alexis-des-Monts, sur la rivière du Loup. Pour l’occasion, c’est le duo composé du Roi de la rivière St-Maurice Serge Corbin ainsi que de Christophe Proulx qui a remporté les grands honneurs. Au total, sept événements sont au calendrier, qui s’échelonne jusqu’à la fin du mois de septembre.

Les capsules ainsi que les différents formulaires se retrouvent sur la page Facebook de l’ACCQ ainsi que sur leur site internet.