Élu troisième étoile de la semaine, le gardien Marvin Cüpper tentera ce soir de mettre fin aux espoirs du Phoenix de Sherbrooke.

Un enjeu clair... à évacuer de l'esprit

Plus que trois petits matchs à l'agenda des Cataractes de Shawinigan et cette course endiablée pour une place en séries sera complétée. Les hommes de Martin Bernard amorcent ce dernier segment par un arrêt à Sherbrooke ce soir, où les attend le duel le plus important des trois puisqu'il implique la pire équipe de la LHJMQ. En l'emportant face au Phoenix, les Cataractes feraient d'une pierre deux coups: non seulement ils augmenteraient leur avance à quatre points sur les Sea Dogs de St-Jean, au 16e et dernier rang donnant accès aux séries, mais ils élimineraient de la course une première équipe en excluant mathématiquement le Phoenix de la grande danse du printemps.
«Tout le monde est conscient de l'enjeu demain (ce soir). Je n'ai même pas besoin d'en parler avant le match, les gars sont parfaitement au courant de tous les scénarios qui sont sur la table», explique le pilote des Cataractes, qui jure ne pas avoir l'intention de chauffer les troupes à bloc avant la première mise en jeu.
«Il y a tellement de pression au cours d'un match, ça ne sert à rien d'en ajouter. Oui, c'est un match important mais ça demeure un match de hockey, où il faut exécuter une série de petits détails. Quand les joueurs s'ajoutent de la pression dans leur tête pour les réaliser, c'est loin de garantir un résultat positif.»
Bernard a justement senti sa troupe paralysée par l'enjeu face aux Saguenéens samedi. Une bonne leçon, que ses jeunes protégés doivent avoir assimilée. «Tu peux pas jouer en pensant qu'une erreur peut tout gâcher. La concentration doit être sur le travail à accomplir, sur les moyens à prendre pour jouer avec le plus d'énergie possible. Le résultat, on le verra à la fin de la soirée, ça ne donne rien de l'anticiper.»
L'entraîneur-chef rejette par ailleurs l'idée qu'il serait bien content de pousser le Phoenix dans le précipice, lui dont la candidature n'a pas été retenue pour prendre la barre de l'équipe de son patelin il y a deux ans... «Ce n'est pas la seule équipe où j'ai eu une entrevue et qui ne m'a pas engagé! J'ai fait partie d'un processus d'embauche, le Phoenix a choisi un autre pilote. Je n'ai aucune rancoeur à l'endroit de cette organisation, contrairement à une autre situation dans laquelle j'ai été impliqué!», lance Bernard, en visant les Tigres de Victoriaville même s'il ne les a pas clairement identifiés!
Encore sans Filiatrault
Blessé il y a une dizaine de jours, le vétéran Alex Filiatrault n'est toujours pas de retour sur deux lames, alors les Cataractes devront à nouveau se débrouiller sans lui ce soir. S'il n'exclut pas définitivement sa présence pour les matchs du week-end, Bernard confie qu'il sera heureux si son défenseur de 20 ans est prêt à amorcer les séries en même temps que ses coéquipiers... si bien sûr ceux-ci réussissent à mériter leur laissez-passer.
«Pour les matchs du week-end, il faudrait que je passe à l'Oratoire Saint-Joseph», sourit Bernard, qui va évidemment confier le filet à Marvin Cüpper, lui qui a été élu troisième étoile de la dernière semaine d'activités dans la LHJMQ. Les Cataractes s'attendent à affronter à nouveau leur ex-coéquipier Maxime Lagacé, qui a brillé contre eux la semaine dernière dans une défaite en fusillade.