Timothé Simard et ses coéquipiers des Patriotes se sont bien battus contre les Redmen, malgré le résultat décevant. Le gardien Louis-Phillip Guindon a notamment frustré Simard en désavantage numérique.

Un effort titanesque anéanti

Trois-Rivières — Malgré un effort titanesque face à la meilleure formation de la Ligue universitaire de l’Ontario, les Patriotes de l’UQTR ont quitté la patinoire du Colisée de Trois-Rivières les mains vides, mercredi soir au terme d’un revers de 4-3 face aux Redmen de McGill.

Évoluant à effectif considérablement réduit, les Patriotes semblaient en voie de réaliser l’exploit de pousser le match en prolongation lorsque Jérôme Verrier en a décidé autrement. L’attaquant des Redmen a profité d’un retour parfait dans l’enclave pour inscrire le filet vainqueur, avec 4:46 à jouer en troisième période. Verrier a du même coup réduit en poussière les vaillants efforts des locaux, au grand désespoir des 378 spectateurs.

Le portrait se corse donc considérablement au classement pour les porte-couleurs de l’UQTR. Avec seulement deux matchs à disputer, ils possèdent toujours une mince avance d’un point sur les Paladins du Collège royal militaire et deux points sur les Voyageurs de l’Université Laurentienne. Ces deux équipes ont toutefois deux matchs en main sur les Trifluviens et s’affronteront pour conclure le calendrier régulier. Inévitablement, quelqu’un engrangera de précieux points pour rejoindre ou même dépasser les Patriotes.

«Dans les circonstances, avec notre alignement réduit et McGill à alignement complet, on était en train d’accomplir quelque chose d’extraordinaire. Ça nous prenait un point, mais on l’a échappé à quatre minutes de la fin», se désolait le pilote des Patriotes.

Forcé de présenter un alignement incomplet pour ce match crucial, en pleine course aux séries éliminatoires, l’entraîneur Marc-Étienne Hubert a d’ailleurs vu le portrait s’assombrir davantage pendant la rencontre alors que les attaquants Julien Gagné et Patrick Tremblay ont été incapables de terminer le duel.

Imaginez, il ne restait qu’un seul ailier gauche sur la feuille de route de l’entraîneur! Hubert n’a eu d’autre choix que de se tourner vers sa défensive pour un peu de renfort. À peine revenu au jeu après une opération à l’épaule, Guillaume Beaudoin a aussitôt levé la main. «Il a très bien fait ça, alors on a décidé de le laisser là jusqu’à la fin du match. Il a encore une fois été très dédié à la cause de l’équipe ce soir.»

Encore une fois, le premier trio des Patriotes a embêté la défensive adverse pendant toute la soirée. Mathieu Lemay, Christophe Boivin et Pierre-Maxime Poudrier ont trouvé le fond du filet en plus de se faire voler à quelques occasions par Louis-Phillip Guindon. Ce dernier a aussi réalisé un arrêt fort opportun alors que les Redmen jouissaient d’une attaque massive, en frustrant Timothé Simard en échappée.

«On a montré beaucoup de caractère en revenant de l’arrière deux fois. Mais leur gardien a réalisé deux ou trois gros arrêts qui auraient pu faire une différence dans le match», a noté Hubert.

Dans le vestiaire visiteur, l’entraîneur Kelly Nobes semblait satisfait de l’effort de sa bande, même si les Patriotes ont réussi à livrer une solide opposition avec un alignement amputé de plusieurs éléments. «Ils se battent pour entrer dans les séries. On savait qu’ils allaient jouer avec l’énergie du désespoir. Et c’est loin d’être une équipe de huitième position. Même si on n’a pas joué une grande deuxième période, on a joué suffisamment bien pour réussir à gagner», mentionne celui dont la troupe pourrait bien avoir droit à un duel corsé au premier tour, si les Patriotes devaient réussir à se qualifier pour le tournoi éliminatoire.

Les Patriotes reprendront le collier dimanche en rendant visite aux Gee Gees à Ottawa. Ils compléteront ensuite le calendrier régulier le 9 février, toujours dans la capitale fédérale, en affrontant cette fois les Ravens de l’Université Carleton.