Comme lors des années précédentes, les Patriotes s’attendent à une foule bruyante mercredi soir lors du match du carnaval étudiant.

Un dernier droit corsé pour les Patriotes

TROIS-RIVIÈRES – Avec cinq matchs à disputer au calendrier régulier et un mince coussin de deux points au dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires, les Patriotes de l’UQTR n’ont pratiquement pas de marge de manœuvre.

Les Trifluviens ont été relégués au huitième rang de leur division, la semaine dernière, à la suite d’une sanction rendue par U Sports qui leur a imposé 13 forfaits pour avoir utilisé un joueur non-éligible à l’hiver 2017 et l’automne 2017. Ils ont du même coup perdu 19 points au classement.

Lors des deux prochaines semaines, ce sont trois duels avec les Gee Gees d’Ottawa, un avec les Redmen de McGill, détenteurs du premier rang de la Ligue de l’Ontario, et un autre avec les Ravens de Carleton, une autre équipe de haut de peloton, qui sont au menu des Patriotes.

Les Ottaviens seront les premiers sur la route des Patriotes, mercredi soir au Colisée de Trois-Rivières. Bien qu’installés au sixième rang de la division Est, les Gee Gees sont loin de représenter une proie facile. Le week-end dernier, ils ont d’ailleurs vaincu les Redmen à McGill.

«C’est un club très difficile à affronter et qui possède une éthique de travail irréprochable. Ça ne sera pas un match facile, mais en même temps, il n’y en aura pas un de facile d’ici la fin de l’année», convient l’entraîneur Marc-Étienne Hubert, qui pourrait être privé de quelques éléments face aux Gee Gees en raison de blessures.

CARNAVAL ÉTUDIANT
Heureusement pour le pilote des Patriotes, son groupe devrait pouvoir compter sur le support de la communauté universitaire mercredi soir, dans le cadre du traditionnel match du carnaval étudiant.

L’entraîneur Marc-Étienne Hubert admet que la marge de manoeuvre de son équipe est très mince d’ici la fin de l’année.

«C’est un événement très positif pour la communauté universitaire chaque année. Les gens répondent présent et c’est toujours un des matchs les plus intéressants à jouer dans notre saison», note Hubert.

L’an dernier, l’ambiance était à son comble au Colisée. Peut-être un peu trop au goût du vieil amphithéâtre.

Dans l’euphorie du moment, en deuxième période, des spectateurs avaient agité, avec enthousiasme, une baie vitrée… qui n’a visiblement pas apprécié les rapprochements. La baie vitrée a aussitôt cédé avant de se fracasser sur la patinoire. Comme la structure avait été trop abîmée, il était impossible de la remplacer rapidement. C’est ainsi que les deux équipes – et quelque 900 spectateurs – ont déménagé à l’aréna Claude-Mongrain pour compléter la rencontre.

«Cette année, nous allons nous assurer de porter une attention particulière à la sécurité», prévient l’entraîneur des Trifluviens.

ATTENTION DERRIÈRE
Pendant ce temps, le portrait pourrait rapidement se corser dans le rétroviseur de l’UQTR. Les deux formations coincées derrière les Patriotes – les Voyageurs de l’Université Laurentienne et les Paladins du Collège royal militaire – ont rendez-vous deux fois d’ici la fin de la saison. Inévitablement, des points seront ajoutés d’un côté ou de l’autre.

«On n’a pas de contrôle sur ce qui se passe devant ou derrière nous au classement. On ne doit pas perdre d’énergie là-dessus. On sait déjà qu’on n’a pas de marge de manœuvre», observe Hubert, satisfait de la performance de son équipe le week-end dernier à Ottawa malgré une défaite contre Carleton.

«On a joué un gros match contre Carleton. On aurait mérité un meilleur sort. Si on répète ça, on va voir de bonnes choses. On veut montrer que les succès récoltés depuis le début de l’année, c’est encore là. Peu importe ce qui s’est passé, on veut continuer à montrer le vrai visage des Patriotes. Les gens vont surtout regarder de quelle façon on réagit à l’adversité.»