Leon Denny a apporté sa touche offensive avec un but et une passe dans la victoire de 6-5 des Cataractes en prolongation.

Un départ spectaculaire pour les Cataractes

SHAWINIGAN — 223 jours! Une bien longue disette sans victoire a été jetée aux poubelles par les Cataractes vendredi soir au Centre Gervais Auto. Au grand plaisir des quelque 3800 personnes présentes au Centre Gervais Auto, les Shawiniganais ont amorcé leur 50e saison du bon pied en renversant le Phoenix de Sherbrooke 6-5 en prolongation.

223 jours! Une bien longue disette sans victoire a été jetée aux poubelles par les Cataractes vendredi soir. Au grand plaisir des quelque 3800 personnes présentes au Centre Gervais Auto, les Shawiniganais ont amorcé leur 50e saison du bon pied en renversant le Phoenix de Sherbrooke 6-5 en prolongation.

Savourer une première victoire depuis la dernière Saint-Valentin n’a pas été simple. Justement, les Cataractes ont eu besoin d’un truc du chapeau de leur nouvelle vedette, Valentin Nussbaumer, et d’une remontée de trois buts en deuxième pour placer deux points au tableau.

Cette récolte semblait bien improbable en début de deuxième, lorsque les visiteurs ont pris l’avance 4-1. Daniel Renaud a alors utilisé son temps d’arrêt pour réveiller les siens, qui ont répondu en créant l’égalité avant l’entracte. L’un des trois buts a été fort chanceux, le premier de la soirée de Nussbaumer.

Le Suisse a enchaîné en troisième avec un tir d’une précision chirurgicale pour donner l’avance 5-4 aux locaux. Le Phoenix a bien recréé l’égalité par la suite, mais Nussbaumer a complété son opération charme auprès de son nouveau public avec un petit bijou en prolongation.

Grâce… aux Packers!

«J’espère avoir mis les fans derrière moi! Dans une saison, il y a des hauts et des bas. C’est bien de sentir le support des gens en tout temps! C’est évidemment un scénario parfait pour moi, ça m’enlève une petite pression. Mais ce n’est qu’un match. On veut aller chercher d’autres points demain, puis la semaine prochaine. On ne peut pas se contenter de cette soirée», résumait Nussbaumer, en levant le voile sur le discours de Renaud lors du temps d’arrêt. «Il nous a reparlé de la remontée des Packers de Green Bay il y a deux semaines. On en avait parlé une première fois le lendemain, il est revenu avec ça et il a touché la cible! Il y a eu un effet sur tous les gars», ajoutait le sympathique athlète de 18 ans, vêtu du costume remis au joueur le plus travaillant du match dans le vestiaire.

Pour sa part, Renaud a esquissé un sourire quand on lui a parlé des Packers. «La beauté d’un camp d’entraînement de cinq semaines, c’est que tu as le temps de vivre différentes choses avec les joueurs! À 4-1, c’était le bon moment de rappeler aux joueurs que tout était possible. On avait eu un bon départ mais quand le Phoenix a pris l’avance 2-1, on a senti notre énergie baisser. Les gars ont démontré une belle force de caractère pour revenir. C’était loin d’être parfait ce soir, mais les gars ont travaillé», martelait Renaud.

Dans l’autre vestiaire, Stéphane Julien était déçu de sa récolte. «On a laissé un point sur la table. À 4-1, nous étions en contrôle, je pouvais entendre ma mère dans la troisième rangée tellement c’était silencieux. Puis, on a fait quelques revirements, qui ont été coûteux. Nous avons beaucoup de nouveaux joueurs, il faut apprendre à jouer de façon plus simple», soulignait le pilote natif de Saint-Tite.

Outre Nussbaumer, Jérémy Manseau et Vincent Senez ont eux aussi déjoué Brenda Cregan, qui a fait face à 40 tirs. Lucas Fitzpatrick a quant à lui négocié avec 38 lancers cadrés. Samuel Poulin a été le meilleur des visiteurs avec un doublé.

Les Cataractes n’auront pas trop le temps pour célébrer ce premier triomphe, puisqu’ils reçoivent l’Armada samedi après-midi.