Gilles Bouchard a décidé de poursuivre sa carrière chez les professionnels.

«Un défi très stimulant»

TROIS-RIVIÈRES — Le règne de Gilles Bouchard chez les Huskies de Rouyn-Noranda est terminé.

L’ex-pilote des Estacades midget AAA et des Patriotes de l’UQTR a accepté de seconder Benoît Groulx avec le Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine, le club-école du Lightning. C’est d’ailleurs depuis Tampa, où il se trempe les orteils à l’occasion du camp de développement des recrues, que Bouchard a pris quelques minutes pour converser avec Le Nouvelliste quelques heures après avoir paraphé une entente de trois ans.

«C’est un défi très stimulant que l’on m’a proposé. J’ai rencontré Julien Brisebois durant le repêchage à Dallas, j’ai adoré nos discussions. C’est une organisation qui sait où elle s’en va. Je vais tout faire pour l’aider à gagner», expliquait-il.

Bouchard était bien en selle en Abitibi. Il s’y est forgé une fiche de 165-85-22, en plus de soulever la Coupe du Président, depuis qu’il avait pris la relève de son bon ami André Tourigny. «Je me plaisais avec les Huskies. C’est une offre qu’on m’a présentée, à laquelle je crois que je devais dire oui. Elle me permet de graduer, de voir comment ça se passe chez les pros et dans la Ligue américaine. Si un jour, j’ai une chance de diriger en chef dans cette ligue, je serai mieux préparé», raconte Bouchard, qui dit n’avoir aucune crainte à occuper un rôle d’adjoint après toutes ces années comme grand patron. «J’ai déjà joué ce rôle avec André Tourigny. Je sais ce que ça implique. J’ai toujours été un gars d’équipe, je sais aussi prendre ma place. Ça va bien se dérouler, j’en suis convaincu.»

Il rejoint en Groulx un homme de hockey qu’il respecte beaucoup. «Nous ne sommes pas des amis proches, mais on se connaît quand même. Nos fils ont joué ensemble un peu avec les Estacades Relève. Ça ne peut qu’aider à la transition.»

Les fils de Groulx et Bouchard ont d’ailleurs eux aussi connu un week-end mouvementé à Dallas, puisque c’était leur année de repêchage. Si Benoît-Olivier Groulx a été appelé par les Ducks en deuxième ronde, Xavier Bouchard a attendu jusqu’au sixième tour avant d’entendre son nom être prononcé par les Golden Knights. «Ce fut toute une expérience. C’est sûr que plus les rondes avancent, plus c’est énervant. Mais bon, ce n’est qu’une étape. Xavier est sur la glace en ce moment avec les autres espoirs des Golden Knights et il n’y pas la ronde où il a été repêché écrite sur son casque. C’est à lui de tracer son chemin.»


« C’est une offre qu’on m’a présentée, à laquelle je crois que je devais dire oui. Elle me permet de graduer, de voir comment ça se passe chez les pros et dans la Ligue américaine. Si un jour, j’ai une chance de diriger en chef dans cette ligue, je serai mieux préparé »
Gilles Bouchard

Le papa, lui, a décidé que sa route allait passer par Syracuse. Quand il reviendra au Québec dans une semaine, il va aider les Huskies à trouver son successeur. Tourigny avait agi de la même façon, et il était venu piger dans sa Mauricie pour dérouler le tapis rouge pour Bouchard. Ce dernier sera-t-il tenter de dérouler de faire la même opération séduction à Frédéric Lavoie, qu’il connaît bien? Bouchard refuse évidemment de dévoiler ses plans... «Je n’ai fait aucun appel encore, je me concentre sur ce qui se passe ici à Tampa. Est-ce que Frédéric pourrait être un bon candidat? Bien sûr, c’est l’un des meilleurs, sinon le meilleur entraîneur dans le midget AAA. On verra bien en temps et lieu quelle orientation vont vouloir prendre les Huskies. À suivre!»