Champion de la saison, le Bellemare de Louiseville sera le favori dans sa série contre les Loups de La Tuque.

Un carré d'as relevé

Les duels de quarts de finale n'ont pas été dénués d'action dans la Ligue de hockey senior A de la Mauricie, mais le meilleur reste peut-être à venir, si l'on se fie aux commentaires des quatre entraîneurs dont les clubs demeurent au plus fort de la course dans la quête du championnat.
Huit victoires séparent désormais l'un de ces quatre clubs du couronnement. Champion du calendrier régulier, le Bellemare de Louiseville accueille les surprenants Loups de La Tuque alors que l'autre confrontation propose un intéressant face-à-face entre le dynastique Bigfoot de Saint-Léonard-d'Aston et les Maroons de Waterloo.
Les Loups de La Tuque forment l'équipe Cendrillon des présentes éliminatoires.
La Tuque (7) vs Louiseville (1)
Si le Bellemare a mis la main sur le titre de la saison, c'est en partie grâce à sa fiche parfaite de 4-0 décrochée contre La Tuque.
Pour toutes sortes de raisons, les protégés d'André Lachance ont malmené ceux de Tommy Gauthier au tableau indicateur. Voilà pourquoi l'instructeur se méfie de la réplique des Loups en demi-finale, eux qui sont sortis vainqueurs d'une série émotive face à Cap-de-la-Madeleine.
De leur côté, les Louisevillois ont éliminé le teigneux Condor de Saint-Cyrille en six matchs. «Le Condor n'était pas une équipe de neuvième place et La Tuque présente une bien meilleure opposition qu'un club de septième position», partage Lachance, qui ne s'attend pas à un autre balayage des siens.
«Je serais le premier surpris! Les Loups misent sur trois trios équilibrés et leur jeune gardien Steven Veilleux livrera un chaud duel au nôtre, Joël Quirion. Mais on arrive confiants. Nous avons fait face à l'adversité en quarts de finale, à l'image des Loups d'ailleurs.»
Après avoir pris les devants 2-0, le Bellemare a vu le Condor créer l'égalité 2-2, avant de s'imposer en enlevant les matchs cinq et six. Oui, le Condor peut se targuer d'avoir chauffé les champions de la saison, mais ces derniers étaient handicapés par des absences de taille. Julien Leduc, un des piliers à la ligne bleue, a dû s'absenter, tout comme l'attaquant Olivier Jodoin. Alexandre Lemieux n'a joué qu'une partie.
«On risque d'avoir tout notre monde contre La Tuque», annonce Lachance. «Nous aurons amplement le temps de faire de la vidéo dans l'autobus en montant chez eux!»
De l'autre côté de la patinoire, Tommy Gauthier n'a pas grand-chose à reprocher à sa meute. Qu'à cela ne tienne, on est en droit de se questionner: au terme d'une éprouvante série devant le Climatisation Cloutier, est-ce que les Loups auront encore de l'appétit face à un adversaire contre qui la rivalité reste à bâtir?
«Oui, on pense que nous avons de l'émotion et de la magie en réserve», assure Gauthier, qui profite d'un alignement complet depuis déjà quelques semaines, après une saison ponctuée par de nombreux désistements, éloignement géographique oblige.
La rapidité des Loups a étourdi le Climatisation Cloutier et le pilote compte encore une fois se servir de cette arme pour faire mal paraître Louiseville. «Dans notre ligue, les pénalités sont souvent causées par la vitesse de l'adversaire. Mais le Bellemare est la meilleure équipe du circuit et probablement l'une des plus difficiles à affronter dans son système. Ce ne sera pas facile.»
La Tuque compte sur le meilleur pointeur des séries en Sébastien Savoie (16 points en six sorties). Avec Quentin Garcia et Vincent Marcoux, ce trio pourrait se distinguer de nouveau en demi-finale. 
Sur le front défensif, même si le Bellemare jouit d'un avantage, les Loups ont démontré qu'ils pouvaient faire preuve d'étanchéité, menés notamment par leur leader à l'arrière Philippe Archambault.
Le Bigfoot de Saint-Léonard retrouve les Maroons de Waterloo. Les deux équipes s'étaient affrontées en finale il y a un an.
Waterloo (5) vs Saint-Léonard (3)
Il s'agit d'une réplique de la finale de 2016, remportée en cinq parties par le Bigfoot. 
Pendant que Saint-Léonard éliminait Donnacona en quarts de finale, Waterloo se dressait devant son rival direct de Windsor en cinq parties. Plus de 900 spectateurs ont assisté à la dernière rencontre, à Waterloo. 
«On sait qu'on est capable de battre cette équipe-là, on n'a aucun complexe, jurait l'entraîneur des Maroons Michel Deschamps, il y a quelques jours à La Voix de l'Est.
L'an passé, il y avait eu plusieurs pointages serrés et beaucoup de choses ont changé en un an. Notre défensive est pratiquement nouvelle au complet. Et on a [Michaël] Tessier qui est là sur une base régulière à l'attaque.»
À Saint-Léonard-d'Aston, l'entraîneur André Alie planche sur un groupe uni qui a beaucoup de vécu. Le gardien Vincent Lamontagne se trouve quant à lui dans une forme exemplaire. 
«N'eût été sa présence, Donnacona aurait pu gagner, concède Alie. Par contre, plus les séries avancent, plus confiant je suis avec ce groupe. On ne joue pas sur les talons, les gars ont l'expérience des matchs importants.»
Le capitaine Olivier Bélanger a élevé son niveau de jeu depuis le début du tournoi: il a déjà enfilé sept buts en cinq joutes! «C'est tout un guerrier! Nous avons beaucoup parlé de Jason Pitt pendant la saison, avec raison. Mais le trio d'Olivier en séries a vraiment pris les choses en main.»
Si la défensive fait la fierté du clan léonardais, les attaquants ne sont pas déplaisants à voir aller eux non plus. 
Une précieuse ressource s'ajoutera d'ailleurs à cette offensive, avec l'arrivée de Marc-Anthony Therrien dès vendredi. Champion pointeur de la Ligue de hockey junior AAA en 2014-15, celui qui porte aujourd'hui les couleurs des Aigles Bleus de l'Université de Moncton a joué trois matchs en saison avec le club de son patelin (il est originaire du village voisin, Sainte-Perpétue). 
«Je pense qu'on aura droit à une excellente série. Comme moi, Michel a l'habitude d'axer ses confrontations sur le hockey et non sur la boxe», rigole Alie, en décrochant une petite pointe à d'autres équipes du circuit. «J'ai beaucoup de respect pour les Maroons, les spectateurs ne seront pas déçus par le niveau de jeu.»