Près de 90 hockeyeurs tenteront d’impressionner le nouvel entraîneur-chef, Rémi Royer, lors de l’ouverture du camp d’entraînement de l’équipe prévu mardi.
Près de 90 hockeyeurs tenteront d’impressionner le nouvel entraîneur-chef, Rémi Royer, lors de l’ouverture du camp d’entraînement de l’équipe prévu mardi.

Un camp hors de l’ordinaire commence chez les Estacades

Michaël Fréchette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Près de 90 hockeyeurs sauteront sur la glace du Centre sportif Alphonse-Desjardins dans le but de se tailler une place au sein des Estacades de Trois-Rivières, mardi, dans ce qui marquera l’amorce du camp d’entraînement et le début du règne de Rémi Royer à titre d’entraîneur-chef de la formation midget AAA.

«On est bien content de reprendre l’action. Ce n’est pas une situation habituelle, mais on s’adapte et on est excité à l’idée de recommencer. C’est toutefois beaucoup de précautions à prendre», a expliqué celui qui succède à Frédéric Lavoie.

Les athlètes devront respecter une multitude de consignes afin de prendre part au camp. Les joueurs devront se présenter à l’aréna seulement 35 minutes avant de se faire valoir sur la surface glacée, déjà vêtus de quelques morceaux de leur équipement.

Un responsable les attendra à la porte afin de les guider. La désinfection des mains, le port du masque jusqu’au vestiaire, se présenter avec sa propre gourde personnalisée et remplie préalablement, la prise de température de chaque athlète avant l’entrée dans le complexe et la signature d’un document de reconnaissance des risques seront obligatoires.

«C’est beaucoup de choses à gérer et ça me sort de ma zone de confort, puisque c’est une première pour moi de toucher à cette partie du hockey, qui est l’administration. C’est du nouveau, mais je dois admettre que j’ai du plaisir à apprendre cette autre facette de la game», ajouter Royer.

L’incertitude plane

Avec la COVID-19, les équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec doivent se restreindre à environ 35 invitations de joueurs en vue de leur camp pré-saison. Ainsi, ça brouille les cartes de certaines formations du midget AAA, puisque des hockeyeurs qui, habituellement, se seraient retrouvés dans le circuit Courteau pourraient finalement être de retour en tant que joueurs de 17 ans.

«C’est certain que plusieurs ont hâte d’avoir leur confirmation des équipes juniors, puisqu’ils en appellent moins que les autres années. Plusieurs sont anxieux d’avoir cette information. C’est de l’incertitude pour quelques-uns, ils ont hâte de savoir où ils vont jouer.»

Une nouvelle formule

«En raison de la pandémie et des vétérans qui peuvent quitter ou revenir, bien des choses ont changé. Par exemple, le nombre de groupes au pré-camp: on a huit équipes de dix joueurs plus un gardien. Ils vont jouer des matchs d’environ 45 minutes mardi, mercredi et jeudi. Les équipes vont s’alterner rapidement. J’aime la formule, on va voir les joueurs aux deux tours, donc plus souvent. C’est un point positif et peut-être une formule qui va revenir dans les prochaines années. On va rapidement voir les gars qui se sont entraînés fort et l’inverse, ça va être bon pour le cardio» a lancé l’entraîneur, à la blague.

L’heure est à une nouvelle campagne, et ce, avec un nouvel entraîneur et dans un contexte plus qu’inhabituel, mais la mentalité reste la même pour l’organisation.

«L’objectif est de poursuivre une certaine continuité d’excellence imposée par les entraîneurs précédents. J’ai appris énormément comme adjoint à Frédéric Lavoie. L’encadrement et la structure sont déjà bien solides, c’est de continuer ça! Mon but est de développer les joueurs et de les mener aux prochains niveaux tout en prônant les valeurs des Estacades, qui placent l’équipe en premier.»

L’ancien choix de deuxième ronde dans la LNH et porte-couleurs des Blackhawks de Chicago a bien hâte de voir quelle équipe il aura sous la main.

«On risque d’avoir un club travaillant et probablement plus âgé.»