Tiger Woods et Rory McIlroy pourraient-ils se retrouver ensemble, lors de la ronde finale du Tournoi des maîtres dimanche? C’est le souhait de tous les amateurs de golf.

Un autre veston vert pour Tiger?

Trois-Rivières — Le Tournoi des maîtres commence jeudi et sonne le coup d’envoi de la saison de golf au Québec. Tous les amateurs de ce sport seront rivés à leur écran de télévision de jeudi à dimanche. Plusieurs d’entre eux espèrent un retour triomphal de Tiger Woods, qui sera en quête d’une première victoire depuis juin 2008 dans l’un des quatre tournois majeurs de la PGA.

Le Tigre a de nouveau conquis le coeur de bien des golfeurs, en septembre dernier, quand il a enlevé les honneurs du Championnat du circuit de la PGA, à East Lake. Des milliers de personnes l’ont alors acclamé dans une scène qui rappelait les moments les plus glorieux de sa carrière, à la fin des années 90 et durant la décennie 2000.

Celui qui est considéré par plusieurs comme le meilleur joueur de l’histoire revendique 14 titres du Grand Chelem. Du lot, quatre ont été gagnés à Augusta. Peut-il revêtir de nouveau le veston vert dimanche après-midi? A-t-il ce qu’il faut dans le réservoir pour créer des émotions semblables à son coup mythique sur le 16e trou en 2005? Ils sont nombreux à penser que oui. Pourvu que son dos tienne le coup... et sa tête, évidemment.

«Son retour au jeu est important pour l’industrie. Quand Tiger joue, c’est différent», mentionne le directeur général du Godefroy, Éric Renald. Comme dans bien des clubs de la région, ses membres s’adonnent à un pool en prévision du Masters. «Une bonne thérapie de groupe avec toute cette neige! Ça nous met dans l’ambiance.»

Et il risque d’y en avoir toute une, à Augusta, si Tiger devait sortir un lapin de son chapeau lors de la première ronde. «S’il part fort, tous les espoirs sont permis. Mais il doit connaître un départ solide et c’est souvent là où il en arrache. Il doit éviter de se retrouver à un ou deux coups au-dessus du par», est d’avis Luc Boisvert, prêt à établir un pronostic. «Selon moi, une fiche de -4 en commençant, ce serait excellent. Le tournoi va sûrement se gagner à -7 ou -8.»

«Tiger, c’est une boîte à surprise. On verra s’il peut tenir sur quatre jours», ajoute René Chassé, du Métabéroutin. Celui-ci aime bien les chances de Rickie Fowler. D’autres optent pour Brooks Koepka, Justin Thomas, le numéro un Justin Rose, Francesco Molinari, Dustin Johnson ou encore Rory McIlroy, dont le nom revient souvent dans les discussions.

«Le problème avec McIlroy, c’est qu’il connaît souvent des ennuis dans la dernière ronde, observe Pierre Rousseau, du Links O’Loup de Louiseville et du Club de golf Grand-Mère. Je n’ai jamais été un grand fan de Tiger en raison de son attitude, sauf que là, il devient l’un des doyens. Il a changé d’attitude, on verra où ça le mènera.»

Le professionnel du Club de golf Sainte-Flore, Tommy Gauthier, a grandi en idolâtrant le Tigre. Il s’attend à un top-15 de sa part. «Augusta, c’est un terrain difficile que tu dois connaître si tu souhaites gagner. Des gars comme Fred Couples et Sergio Garcia ont du succès le jeudi et le vendredi et je me dis que ce serait bien que Tiger tire son épingle du jeu lui aussi. Ça aiderait pour les cotes d’écoute.»

«Avec Tiger, il y a toujours un intérêt. En ce moment, il croit en lui et il a raison d’y croire», sourit Luc Richard.

Rappelons que seulement six joueurs dans l’histoire du golf sont parvenus à gagner au moins une fois les quatre grands tournois majeurs. En plus de Woods, Gene Sarazen, Ben Hogan, Gary Player et Jack Nicklaus ont tous réalisé l’exploit. Rory McIlroy pourrait rejoindre ce club sélect s’il s’impose dimanche.