L’organisateur Patrick Trahan est devant des participants du dernier Challenge Blanc.

Un autre succès pour le Challenge Blanc

LA TUQUE — «C’est un autre grand succès». L’organisateur du Challenge Blanc, Patrick Trahan, est sans équivoque, la plus récente édition de l’événement a été une réussite le week-end dernier en Haute-Mauricie. Les nouveaux éléments ajoutés pour cette cinquième édition ont séduit les participants.

«Je n’étais pas certain, mais finalement c’était un bon coup. Par exemple, au bivouac à Wemotaci, on a eu un incroyable accueil, c’était super. Les gens ont beaucoup apprécié. Je pense que la formule est bonne», soutient Patrick Trahan.

La température a également été exceptionnelle pour les participants qui, au fil des ans, ont eu droit à tout, du froid extrême à la pluie.

«On a eu une température idéale. Il n’a pas fait de gros froid et il y a eu de la neige avant le départ pour cacher mes traces. C’était parfait. Par contre, je suis convaincu que ça m’a amené quelques cheveux gris, on ne voulait pas que personne ne se perde malgré que notre système de sécurité fonctionne très bien. Ça nous a prouvé que même avec autant de neige notre événement est très sécuritaire», a indiqué Trahan.

Le nombre de femmes avait grimpé à cinq cette année pour la compétition, et elles ont bien fait. Une équipe mixte a remporté le Challenge Blanc, il s’agit de Valérie Morisette, Jean-François Tremblay et Guillaume Lagacé. Une équipe complètement féminine s’est hissée au deuxième rang sur 26, il s’agit de Mylène Geoffroy et Jessica Bolduc.

«Au roadbook, les femmes sont très efficaces, je l’avais dit. Les hommes recherchent peut-être un peu plus la vitesse alors qu’elles sont un peu plus stratégiques», note Trahan.

Il faut dire qu’il n’y a aucun chronomètre dans l’aventure, c’est plutôt la distance parcourue qui détermine les vainqueurs. Les équipes ont parcouru 800 kilomètres sur le territoire à l’aide d’un roadbook. C’est l’équipe de Jérôme Gerber et Raphaël Parisod qui a complété le podium 2019.

Même s’il ne veut pas confirmer la tenue d’une sixième édition de son événement, Patrick Trahan ne cache pas son intérêt à récidiver.

«Je ne confirme jamais rien avant d’avoir pris un mois (de repos), mais je n’ai comme pas le choix. Les gens ont trop eu de plaisir et j’aime ça les faire triper. À Wemotaci, ç’a été un très gros succès et il y aura probablement un retour là-bas l’an prochain».

«Tout le monde est reparti avec le sourire et la plupart m’ont dit qu’ils voulaient revenir à la prochaine édition», a conclu l’organisateur.