Les Électriks miseront sur un contingent intéressant de recrues issues de la région. Devant, on retrouve Raphaël Allard, William Bailly, Hugo Gélinas, Raphaël Bordeleau et Émile Lacerte. Derrière se trouvent William Pellerin, Danik Létourneau, Charly Dupont et Malik Khamis.

Un alignement digne de ce nom pour les Électriks!

SHAWINIGAN — Après plusieurs saisons à traîner un petit bataillon à bout de bras, Guy Bergeron aura enfin droit à un alignement digne d’une formation de football complète cet automne. Pour la première fois de l’histoire du programme des Électriks du Cégep de Shawinigan, un contingent de 50 joueurs prendra part au premier match de la saison, samedi à Drummondville face aux Voltigeurs.

«L’an dernier, on avait 35 joueurs au premier match et on a fini l’année à 32. Ça va faire une grande différence. En plus, c’est la première fois qu’on a le même personnel pour deux saisons de suite, en passant de la direction de l’école jusqu’au responsable de l’équipement!», s’encourage Bergeron.

Sans être un gage de succès, la quantité de joueurs sous la main du grand manitou devrait au moins permettre aux porte-couleurs shawiniganais d’avoir les ressources pour se démener pendant quatre quarts. Par le passé, avec des effectifs passablement réduits, les Électriks se faisaient souvent déclasser en deuxième demie, après une première moitié de match âprement disputée.

Voilà en partie pourquoi la dernière victoire des Électriks remonte au 18 octobre 2015. Une disette de 25 matchs qui pourrait bien prendre fin, plus tôt que tard. «À 0-25, c’est certain qu’on a hâte d’avoir des victoires! Je pense que si on peut arriver à faire les séries, ça sera satisfaisant. Le problème pour nous cette saison, ça ne sera pas le talent, mais plutôt le manque d’expérience.»

À compter de samedi, les Électriks évolueront d’ailleurs dans un nouveau circuit, en troisième division. Plutôt que d’affronter les rivaux de la section nord-est, c’est dans la section sud-ouest que Shawinigan bataillera, face aux programmes de Drummondville, Saint-Jérôme, Saint-Hyacinthe, Ahuntsic, Champlain-Saint-Lambert et Lanaudière.

En plus d’une bonne cuvée de recrues issues de la région, les Électriks vont accueillir six joueurs en provenance de la France. Du groupe, l’entraîneur se dit particulièrement impressionné par le potentiel du demi offensif Matiss Ducrot.

«Nous avons des recrues de première qualité. C’est difficile d’évaluer notre potentiel global, car on n’a pas encore joué dans cette ligue-là. Chose certaine, on va pouvoir jouer pendant tout le match et on va offrir une opposition plus intéressante.»

En prime, trois anciens joueurs de division 1 viendront aussi bonifier considérablement l’alignement des Électriks. Chez les secondeurs, Phil Johnson et Charles-Antoine Desrochers débarquent à Shawinigan depuis les Nordiques du Cégep Lionel-Groulx. Quant au joueur de ligne offensive Zachary Lavergne, il a défendu les couleurs des Cougars du Collège Champlain-Lennoxville l’automne dernier.

«Ces gars-là vont avoir un impact immédiat, comme nos vétérans Mohamed Lamine Cisse (demi offensif), Félix-Antoine Chavanelle (secondeur), Alexandre Pellerin (demi défensif) et Maxime Aucoin (demi défensif)», explique Bergeron, qui confiera les guides de l’offensive à Nathan Tranchemontagne, un produit du Séminaire Saint-Joseph. «Il a toujours évolué comme deuxième quart-arrière et il est présentement en train d’éclore à vitesse grand V sous les ordres de Jean Boutet», se réjouit l’entraîneur-chef.