Les États-Unis ont encore eu le dessus sur la Russie au Mondial junior.

Troy Terry se prend pour T.J. Oshie

Troy Terry ne pensait probablement pas être comparé à T.J. Oshie au terme du match de demi-finale face à la Russie. Il a pourtant tout fait pour mériter ces comparaisons.
L'espoir des Ducks d'Anaheim a marqué trois fois en tirs de barrage pour permettre aux États-Unis d'accéder à la finale grâce à un gain de 4-3 face contre leurs éternels rivaux. Si Terry a obtenu la chance de briller plus souvent qu'à son tour, Oshie avait pour sa part inscrit quatre buts en tirs de barrage contre la Russie en ronde préliminaire lors du tournoi olympique de Sotchi.
«Je ne sais pas si on peut m'inclure dans la même ligue que lui, a lancé Terry en riant. Mais c'est certainement un honneur que mon nom soit mentionné dans la même phrase. Je cherche encore mes mots, je tremble encore.»
Ça aura pris sept tentatives de chaque côté pour trancher le débat en fusillade. Terry a eu le numéro du gardien Ilya Samsonov, le battant entre les jambières à chaque occasion. Il a affirmé avoir tout vécu la séance au ralenti et avoir ressenti quelques palpitations à sa deuxième tentative, alors qu'il devait absolument marquer pour garder les Américains en vie.
«Si Oshie n'avait pas fait ça et qu'un entraîneur n'avait pas pavé la voie à ce genre de décision, je ne l'aurais peut-être pas fait, a déclaré l'entraîneur américain Bob Motzko. Les chances ne sont pas en votre faveur.»
Du côté de la Russie, Denis Guryanov a touché la cible à deux reprises et Mikhail Vorobyov a aussi marqué, mais ce ne fut pas suffisant pour permettre aux leurs de remporter ce duel. Les Américains ont ainsi empêché les Russes de participer à la finale pour la troisième année de suite et ont par le fait même accédé au match ultime pour la première fois depuis 2013, alors qu'ils avaient remporté l'or.
Les deux gardiens, Tyler Parsons et Samsonov ont été sublimes tout au long de la rencontre, l'un réalisant 33 arrêts et l'autre 41, en 70 minutes de jeu. Les États-Unis avaient obtenu les meilleures chances de marquer en prolongation. Joey Anderson a notamment touché la barre transversale avant d'être frustré par Samsonov, qui nageait dans son filet, à quelques secondes d'intervalle.