Olivier Gobeil-St-Amand (en blanc) a remporté l'argent chez les seniors et l'or chez les moins de 21 ans lors de la Super Coupe du Québec.

Trois en trois pour le Club Seikidokan

Le Club de judo Seikidokan a accueilli au cours du week-end plus de 500 athlètes dans le cadre de la Super Coupe du Québec à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières. Même si le succès a été au rendez-vous en terme de participation et aux guichets, l'événement prendra une pause pour les prochaines années.
Dimanche, chez les seniors, le club trifluvien a bien paru, avec une récolte de trois médailles avec autant d'inscrits. Olivier Gobeil-St-Amand a récolté l'argent tout comme Anthony Pépin.
«Il menait le combat outrageusement, mais il a fait une erreur et il s'est retrouvé au sol. Il n'a pas été capable de s'en sortir. C'est sa première année chez les juniors, mais il se battait chez les seniors. C'est donc très bon», a souligné Noël à propos de Pépin.
Quant à Gobeil-St-Amand, il faisait face à une grosse pointure, le Tchèque Jan Cyek, qui était de passage au Centre national d'entraînement à Montréal. Puisqu'il s'agissait d'une compétition ouverte, il pouvait participer à l'événement.
Toujours chez les seniors, Samuel Rousseau a quant à lui décroché la médaille de bronze.
Plus tôt dans la journée, chez les moins de 21 ans, Gobeil-St-Amand, Rousseau et Pepin ont remporté l'or, l'argent et le bronze respectivement. Audrey Mercier est aussi montée sur la deuxième marche du podium dans cette catégorie.
Samedi, c'est chez les moins de 18 ans que le club trifluvien s'est démarqué. Jacob Landry, Léa-Lou Giguère-Létourneau et Alicia Cossette ont décroché l'or, alors qu'Olivia Leblanc a terminé deuxième dans sa catégorie.
Non seulement la compétition a-t-elle attiré un athlète tchèque de haut calibre, mais près d'une cinquantaine de participants étaient originaires des provinces maritimes, de l'Ontario, de l'Alberta, de Saint-Pierre-et-Miquelon et de la France.
Une pause pour attirer plus gros
Cette cinquième Super Coupe du Québec sera la dernière pour les prochaines années. C'est que le club et son entraîneur, François Noël, voient grand pour les prochaines années. Le but est d'attirer un championnat canadien en Mauricie.
«L'objectif c'est d'organiser une compétition interrégionale l'an prochain. L'année d'après, ce sera un championnat provincial, et ce, dans le but d'obtenir le championnat canadien», a expliqué Noël.
L'organisation estime qu'il serait impossible pour elle de tenir deux événements dans la même année, puisqu'il serait difficile de trouver suffisamment de bénévoles pour assurer le bon fonctionnement des compétitions.
Si son souhait se réalise, le club Seikidokan devra toutefois quitter la Bâtisse industrielle et se diriger vers le Complexe sportif Alphonse-Desjardins. «C'est possible d'avoir le nombre de surfaces requis à la Bâtisse industrielle, a mentionné l'entraîneur. Mais nous voulons un endroit plus ouvert, plus aéré. En plus, les surfaces pourront être disposées en long», a conclu Noël.