Le duo vainqueur de Steve Lajoie et Andrew Triebold a été accompagné de Joël Lacroix et Jimmy Pellerin (troisièmes) et Guillaume Blais et Samuel Frigon (deuxièmes) sur le podium de la 85e édition de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

Triebold et Lajoie indétrônables!

C’était pratiquement une formalité, en raison de leurs victoires lors des deux premières étapes, mais le duo d’Andrew Triebold et Steve Lajoie a confirmé son triomphe lundi après-midi lors de la 85e édition de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

Ayant pris le départ de la troisième étape à Shawinigan avec 5 minutes et 3 secondes d’avance, le tandem le plus titré de l’histoire n’a eu aucun mal à s’offrir un neuvième sacre sur la rivière Saint-Maurice.

Il s’agit d’un retour au sommet pour l’équipe Triebold-Lajoie qui ramait ensemble en Mauricie pour la première fois depuis quatre ans. D’abord sacrés champions en 2004, ils avaient aussi régné de 2008 à 2014 avant de récidiver ce week-end.

Individuellement, les deux canotiers savourent par le fait même un dixième titre puisque Triebold a aussi gagné en 2006 avec Matthew Rimer tandis que Lajoie a avait été couronné en 2017 avec Guillaume Blais. Ce fait d’armes les place au deuxième rang individuel des 85 ans de la Classique, derrière les 26 titres de Serge Corbin.

«C’est toujours aussi le fun de gagner ici. La première victoire est toujours spéciale, c’est certain. Mais celle d’aujourd’hui a un cachet particulier car on passe à l’histoire. Ça fait du bien de gagner», a laissé tomber Lajoie.

«Quand tu commences à ramer, tu ne penses jamais que tu vas te rendre à 10 victoires. Il y avait de bonnes équipes encore cette année. La première étape a été difficile mais elle nous a permis de prendre une grosse avance sur la victoire», a ajouté Triebold.

Lorsqu’on leur parle d’une éventuelle 10e victoire ensemble, les deux canotiers abordent l’avenir avec incertitude. «Je ne sais pas si je vais revenir ici. Je ne sais pas si je vais ramer encore», a lancé Triebold, âgé de 42 ans.

Un son de cloche qui détonne de son coéquipier qui a bien l’intention de défier à nouveau la rivière Saint-Maurice. «On va commencer par se reposer et célébrer cette victoire. Je vais sûrement revenir. Ça reste à voir à quel niveau de compétition par contre. On pensera à tout ça plus tard», a enchaîné Lajoie.

Victoire d’étape pour Blais et Frigon
Largués lors de la première étape, Guilaume Blais et Samuel Frigon n’ont néanmoins eu aucun mal à s’emparer de la deuxième marche du podium. Le duo a d’ailleurs réussi à enlever la troisième étape en coiffant Triebold et Lajoie au photo-finish, un exploit non négligeable.

«On la voulait, la victoire d’étape! Je suis content de voir qu’on a réussi à les pousser au moins une fois dans la fin de semaine!», a souri Blais.
De son côté, Lajoie se montrait bon joueur, même si une autre victoire à l’île Saint-Quentin aurait fait son affaire. «C’est certain que tu veux gagner toutes les étapes. Mais en bout de ligne, on a gagné la Classique. On a eu ce qu’on voulait.»

Questionné sur la possible fin du duo Triebold-Lajoie, Blais espère que ça ne se matérialisera pas. À vrai dire, il aimerait bien pouvoir se frotter à eux une fois de plus. «L’objectif, ça demeure de les battre au classement général. J’espère qu’ils vont revenir ensemble.»

Le troisième rang a finalement été l’affaire de Jimmy Pellerin et Joël Lacroix. La veille, le tandem avait terminé un nez derrière Tommy Pellerin et Weston Willoughby au sprint. Accusant un retard de 8 secondes, Pellerin et Lacroix ont réussi à se détacher pour se hisser sur la dernière place du podium.

«C’est super satisfaisant!», a souligné Lacroix, qui avait aussi pris le troisième rang en 2017 avec son coéquipier Pellerin.

À un peu plus de quatre minutes derrière, l’équipe Pellerin et Willoughby a bouclé la Classique en quatrième place, suivie de la paire formée de Trevor Lefever et du vétéran Normand Mainguy.

TOP 10 en C2

1. Andrew Triebold et Steve Lajoie 13:08:61

2. Guillaume Blais et Samuel Frigon 13:13:63

3. Jimmy Pellerin et Joël Lacroix 13:18:17

4. Tommy Pellerin et Weston Willoughby 13:22:98

5. Trevor Lefever et Normand Mainguy 13:24:40

6. Rebeca Davis et Michael Davis 13:24:80

7. Éric Gagnon et Serge Pagé 13:35:07

8. Trevor Robinson et Edith MacHattie 13:45:65

9. Guy Rousseau et Sylvain Greffard 13:47:93

10. Kyle Mynar et Amado Cruz 13:48:49

Pro-Mec Élite a remporté la Classique dans la catégorie rabaska.

En avance par 19 minutes après deux étapes, l’équipe Pro-Mec Élite de La Tuque n’a eu aucun mal à savourer la victoire dans la classe rabaska. Les rameurs latuquois ont d’ailleurs couronné leur week-end de domination avec une autre victoire, lundi à l’île Saint-Quentin, pour terminer en tête de la Classique internationale de canots de la Mauricie avec un coussin de plus de 22 minutes.

À son arrivée à Trois-Rivières, Mathieu Pellerin n’avait que des éloges à formuler envers ses coéquipiers qui avaient aussi remporté leurs cinq premières compétitions de l’été. «Ç’a été super du début à la fin. On a dominé la course depuis le début. Tout le monde savait ce qu’il avait à faire pour gagner. On a répondu aux attentes!», a souri l’ancien champion de la Classique en C2, en 2015 et 2016, en compagnie de Guillaume Blais.

D’ailleurs, ce retour au sommet pourrait bien inciter Pellerin à renouer avec ses anciennes amours du C2. «Ça s’en vient...», a-t-il laissé tomber.
Derrière les vainqueurs, l’équipe des Spartiates Houle Asphalte a conservé le rang qu’elle a occupé tout le week-end sur la rivière Saint-Maurice. Le capitaine des Spartiates, Mario Pellerin, peinait à contenir sa joie, quelques minutes après avoir rallié l’arrivée.

Il faut dire que tout au long du week-end, sa bande a fait preuve de détermination pour remonter la pente à chaque jour, après des départs plus lents.

«Depuis vendredi, quand on a gagné le sprint, on a du gros fun! On est même tombé 8e pendant la première étape avant de réussir à rattraper les autres. Une deuxième position, c’est inespéré. C’est ma neuvième participation à la Classique et c’est la première fois que je termine sur le podium. On a réussi à bien s’entourer, c’est génial!»

Le podium, tant de la troisième étape que du classement général, a été complété par une deuxième formation de La Tuque, les Draveurs du Spot.

TOP 5 RABASKA

1. Pro-Mec Élite 13:00:80

2. Spartiates Houle Asphalte 13:23:00

3. Draveurs du Spot 13:24:91

4. Sharks 13:27:88

5. Gervais Auto 2.0 13:33:82

Épaulé par Trevor Lefever, le vétéran Normand Mainguy a effectué un retour remarqué à la Classique de canots ce week-end.

Le retour épatant de Normand Mainguy

De retour à la Classique internationale de canots de la Mauricie après une absence de 20 ans, Normand Mainguy a livré une performance époustouflante en compagnie de son partenaire américain Trevor Lefever.

À 57 ans, le huitième canotier le plus titré de l’histoire de la Classique (5 victoires) a réussi à ramer avec le peloton de tête, ralliant l’arrivée en cinquième position du classement général.

Si cette performance a laissé bouche bée de nombreux amateurs, le principal intéressé flottait également sur un nuage.

«Avant le départ, je rêvais d’un top 5. Puis, quand j’ai vu les inscriptions, j’ai commencé à penser plus au top 10. Même que si mon coéquipier me l’avait demandé, j’aurais tout simplement annulé ma participation, a expliqué l’athlète originaire de Mont-Laurier. En fin de compte, on termine en cinquième place. Je ne peux pas demander mieux!»

La dernière fois qu’il avait descendu la rivière Saint-Maurice, c’était en 1999, alors qu’il avait été sacré champion avec Serge Corbin. Si les années ont passé, sa passion ne s’est pas estompée pour autant.

D’ailleurs, Mainguy a lancé un appel à tous les anciens canotiers en vue de l’an prochain. «Venez faire la Classique. Ce n’est pas une question de résultat, mais bien de participation. Il faut continuer à faire de l’activité physique. Cette année, je n’avais pas d’objectif de départ. Je suis allé à Canton, à Cooperstown et j’ai même fait le Michigan pour la première fois de ma vie. C’est ma première Triple couronne. Je viens de vivre une saison de rêve!», a mentionné le vétéran, qui promet d’être de retour en 2019, si la santé lui permet.

Rebecca et Michael Davis (37) ont enregistré le meilleur résultat de l’histoire pour une équipe mixte en C2, avec une sixième position.

Chapeau, Francis Trudel
Forcé à l’abandon au terme de la première étape en raison d’une maladie qui a terrassé son coéquipier, Francis Trudel a livré une belle histoire de détermination. Dimanche et lundi, il s’est retroussé les manches et a décidé de parcourir les deux dernières étapes en solo, sous les applaudissements nourris des spectateurs...

Les équipes mixtes épatent
Les formations mixtes de l’épreuve-reine ont causé de belles surprises ce week-end. Le duo de Rebecca et Michael Davis a d’ailleurs enregistré la meilleure performance de l’histoire pour une équipe mixte en terminant au sixième rang du classement général. Non loin derrière, le tandem de Trevor Robinson et Edith MacHattie a aussi percé le top 10, bouclant le parcours en huitième place.

Des seniors dans le top 10
Il n’y a pas que les équipes mixtes qui ont attiré les regards. Le duo de classe senior composé de Guy Rousseau et Sylvain Greffard a aussi décroché un résultat dans le top 10, se classant en neuvième place.

Des rameurs venus de loin
À travers la marée de rameurs québécois, quelques athlètes sont venus de loin pour participer à la Classique.
Les Texans Ian Rolls et Chris Issendorf ont bien fait avec une 13e place. On comptait aussi l’équipe du Bélize de Chris Guydis et Rudolph Gentle (24e) ainsi qu’Amado Cruz, du Bélize, qui a pris le 10e rang avec un autre Texan, Kyle Mynar.

Gare aux guêpes...
La pluie n’a pas été la plus grande trouble-fête lundi à l’île Saint-Quentin, même si elle s’est invitée aux activités de la dernière étape. Ce sont plutôt les guêpes qui ont volé la vedette.
Parlez-en à Mathieu Pellerin qui s’est fait piquer sur une main alors qu’il était en entrevue à la télévision!