Le duo d’Andrew Triebold et Steve Lajoie a fait un pas de géant vers une neuvième consécration sur la rivière Saint-Maurice.

Triebold et Lajoie dans une classe à part

TROIS-RIVES — La logique a été respectée, samedi lors de la première étape de la 85e édition de la Classique internationale de canots de la Mauricie, alors que le duo d’Andrew Triebold et Steve Lajoie a fait un pas de géant vers une neuvième consécration sur la rivière Saint-Maurice.

Devant composer avec un important vent de face, le tandem le plus titré de l’histoire a été le premier à parcourir les quelque 75 kilomètres séparant La Tuque et Trois-Rives, en 4 heures 56 minutes 7 secondes, se forgeant ainsi une avance quasi-insurmontable de cinq minutes sur ses plus proches poursuivants.

Derrière, Guillaume Blais et Samuel Frigon se sont emparés du deuxième rang en croisant l’arrivée après un effort de 5:00:54 «Ce n'était pas facile avec le vent sur l'eau aujourd'hui. Ils étaient quand même assez près de nous avec une heure à faire à l'étape. Puis, soudainement, on a été capable de les distancer et prendre une bonne avance», note Lajoie.

De son côté, Blais admettait avoir brûlé beaucoup d'énergie à distancer le peloton derrière lui, ce qui a ouvert la porte aux meneurs d'accentuer leur avance. «Ç'a été très dur aujourd'hui. On a eu droit à une journée pas mal physique. On a réussi à se rapprocher des meneurs à un certain moment, mais lorsque nous avons ravitaillé, ils en ont profité pour nous largué. Et ils nous ont éclaté!», a résumé le vainqueur des trois dernières éditions.

Les amateurs ont eu droit à une chaude lutte entre trois équipes pour la troisième position.

Chaude lutte en troisième place

Si les deux premiers canots ont ramé les derniers kilomètres en solo, chacun de leur côté, les amateurs ont eu droit à une très belle bagarre pour la troisième marche du podium avec un sprint à trois équipes.

Au final, Weston Willoughby et Tommy Pellerin ont eu le meilleur devant Normand Mainguy et Trevor Lefever ainsi que Joël Lacroix et Jimmy Pellerin (troisièmes en 2017).

Avec une confortable priorité au sommet. Steve Lajoie admet qu'il se trouve en bonne posture pour sa dixième victoire en Mauricie, et une neuvième avec Andrew Triebold.

«On a une bonne marge, si jamais il arrive de quoi. Mais on veut aussi gagner chaque étape de la Classique. C'est certain que nos rivaux vont s'essayer au portage à Grand-Mère, on va devoir se méfier.»

Malgré la pente abrupte à surmonter, Samuel Frigon n'est pas prêt à concéder la victoire, avec deux étapes à disputer. «On y est allé le tout pour le tout aujourd'hui et c'est ce qu'on va continuer à faire. C'est vrai qu'ils ont une bonne avance et on doit être réalistes. Mais en même temps, on ne va pas lâcher le morceau!»

«S'ils ont réussi à s'échapper autant, ça veut dire qu'ils ont aussi brûlé pas mal de gaz...», a ajouté Blais.

Les amateurs sont venus en grand nombre assister à l'arrivée de la première étape, à Trois-Rives.

TOP 10 C2

1. Andrew Triebold et Steve Lajoie 4:56:07

2. Guillaume Blais et Samuel Frigon 5:00:54

3. Tommy Pellerin et Weston Willoughby 5:04:45

4. Trevor Lefever et Normand Mainguy 5:04:49

5. Jimmy Pellerin et Joël Lacroix 5:04:53

6. Rebecca Davis et Michael Davis 5:12:144

7. Éric Gagnon et Serge Pagé 5:12:146

8. Trevor Robinson et Edtih MacHattie 5:16:261

9. Kyle Mynar et Amado Cruz 5:16:266

10. Vincent Bellemare et Pierre-Olivier Quesnel 5:16:30

Résultats complets ici.

La formation latuquoise Pro-Mec Élite a croisé l'arrivée de la première étape avec 10 minutes d'avance.

+

DOMINATION TOTALE EN RABASKA

Dans la catégorie rabaska, c’est la formation Pro-Mec Élite qui a largement dominé la première journée. L’embarcation latuquoise a complété le trajet en 4 h 49 m 27 s avec une priorité astronomique de 10 minutes.

Double vainqueur de la Classique en C2 (2015, 2016), Mathieu Pellerin avait une petite idée que son équipe avait d'excellentes chances de ramer en avant. En plus de lui, on compte cinq autres rameurs avec l'expérience de la Classique en C2 : Patrice Savard, Shayne Baillargeon, Annie Hébert, Patrick Madden et Mary Schlimmer.

«On avait une idée qu'on pouvait se sauver avec l'avance, mais on savait qu'il y avait aussi d'autres bonnes équipes qui pouvaient surprendre. On s'est entraîné fort pour gagner. C'est ce qu'on souhaite», a noté l'ex-champion de l'épreuve-reine.

La deuxième marche du podium a été accaparée par les Spartiates Houle Asphalte qui ont bouclé le trajet tout juste sous la barre des cinq heures (4:59:30), une trentaine de secondes devant les Draveurs du Spot.

TOP 5 RABASKA

1. Pro-Mec Élite  4:49:27

2. Spartiates Houle Asphalte  4:59:30

3. Draveurs du Spot  5:00:02

4. Gervais Auto 2.0  5:02:02

5. Sharks  5:02:12

Résultats complets ici.