Émile Toupin et Éliott Héroux ont fait honneur au club Zénix, sur la plus grande scène de leur catégorie d’âge au pays dans le milieu de l’athlétisme.

Toupin sur les traces d’Héroux

TROIS-RIVIÈRES — C’est une chose de connaître une bonne saison pour un athlète, cela en est une autre de briller sur la plus grande scène de son groupe d’âge, surtout en pleine période de développement.

Émile Toupin et Éliott Héroux ont fait honneur au club d’athlétisme Zénix, la fin de semaine passée, en remportant respectivement deux et une médailles des Jeux de la Légion, la compétition nationale la plus importante au pays dans leur catégorie.

Alors que leur entraîneur Pierre Thibodeau et d’autres compagnons du Zénix vidaient les poubelles sur le site du Grand Prix de Trois-Rivières pour amasser des fonds pour le club, Toupin (cadet) et Héroux (juvénile), déjà forts convaincants en 2018, en ont ajouté une couche à Brandon, au Manitoba, entourés des meilleurs coureurs de leurs spécialités. Des deux, c’est Toupin qui a le plus impressionné. En fait, il semble suivre les traces d’Héroux. Comme la vedette mauricienne des derniers Jeux du Québec il y a deux ans, le petit Toupin a été couronné champion canadien cadet du 1500 m steeple-chase, en vertu d’un excellent chrono de 4 min 28,44 sec, devant un jeune du Nouveau-Brunswick, François Richard. C’est un record de club pour le Zénix.

«Émile avait raté le match Québec-Ontario durant l’hiver, il était très déçu de ça. Par contre, plus la saison progressait, mieux ça allait dans son cas. Aux Jeux du Québec, même en se frottant à des gars plus vieux, il a été capable de faire de très belles courses. Tout le mérite lui revient», mentionne Thibodeau, pour qui la technique a joué un grand rôle.

«Il a une excellente morphologie, mais il manque un peu de flexibilité! À l’entraînement , il a travaillé très fort sur les haies et on sait qu’au steeple, les haies, c’est le nerf de la guerre.»

Toupin a aussi mis la main sur la médaille d’argent du 2000 m (5:53,17), tout juste derrière un autre Québécois, Émile Turcotte. On parle encore ici d’un record de club.

Chez les plus vieux, Héroux a terminé sa campagne en finissant deuxième du 2000 m steeple-chase (6:05,50). Il se relevait alors d’un pénible 1500 m.

«On a joué un peu au psy au téléphone vendredi soir, parce que ça n’allait pas bien. J’ai rappelé à Éliott que c’est dans l’adversité qu’il sort le plus fort habituellement et je ne me suis pas trompé! Le 2000 m steeple du Championnat canadien, c’était la grosse épreuve qu’on visait.»

Héroux aurait pu aspirer au titre des juvéniles. Stratégique en début de course, il a attaqué le favori albertain Skyler York lors du dernier tour de piste, mais dans les 200 derniers mètres, il a perdu pied à la dernière fosse, celle de la rivière. Il est malheureusement tombé, mais a su défendre cette deuxième position avec brio.

L’an prochain, quand il graduera chez les juniors, il passera aux épreuves de 3000 m steeple-chase, à l’instar d’Antoine Thibeault et, avant lui, d’Alex Genest.Toupin et Héroux s’ajoutent d’ailleurs à la longue liste d’athlètes de la Mauricie qui ont connu du succès au steeple-chase, cette fameuse course de demi-fond très technique avec ses barrières et sa rivière.

«On a développé une petite dynastie d’athlètes nationaux dans cette discipline» ne peut s’empêcher de penser Pierre Thibodeau, en souriant.

Émile Toupin et Éliott Héroux ont fait honneur au club Zénix, sur la plus grande scène de leur catégorie d’âge au pays dans le milieu de l’athlétisme.