La gouverneure de Tokyo Yuriko Koike brandit le drapeau olympique.

Tokyo 2020: les comités nationaux impressionnés

Avec un peu plus de trois ans à faire, les administrateurs sportifs du monde entier ont déjà commencé à visiter Tokyo afin de constater l'évolution des préparatifs en prévision des Jeux olympiques d'été de 2020.
Tokyo a connu quelques ennuis au départ, notamment avec la construction du nouveau stade national et le scandale du plagiat impliquant le logo officiel des JO de 2020, mais les organisateurs locaux sont confiants que leurs plans vont renforcer la réputation de la capitale japonaise d'être hautement organisée et très efficace.
Le Comité olympique canadien (COC) vient de compléter sa visite d'une semaine. L'Australie, l'Autriche, la Belgique, le Brésil et le Danemark figurent parmi les autres pays qui ont envoyé une délégation afin de constater les progrès enregistrés.
«Nous sommes très confiants à l'effet que Tokyo 2020 livrera la marchandise, a déclaré Andrew Baker, le directeur des jeux au sein du COC. Nous nous attendions à ce qu'ils soient très organisés, et je dois admettre que, d'après ce que nous avons vu, ils sont à la hauteur de leur réputation.»
Des grues sont visibles un peu partout dans le secteur portuaire de Tokyo, où seront construits le village des athlètes et d'autres infrastructures sportives.
Bien que Tokyo ne représente pas le même défi logistique que Rio de Janeiro l'an dernier, certains pépins doivent encore être réglés.
L'une des principales préoccupations sera de combattre la chaleur et l'humidité. La dernière fois que Tokyo a accueilli des Jeux d'été en 1964, c'était en octobre afin d'éviter la chaleur estivale écrasante.
«Nous sommes conscients que la température à Tokyo en été peut être un défi, a convenu Baker. Nous travaillerons avec nos fédérations sportives afin de préparer nos athlètes à cette réalité.»
Déjà, des représentants du gouvernement japonais ont admis que la température dans certains stades sera très élevée pour les jeux qui se dérouleront du 24 juillet au 9 août 2020.
L'été dernier, des dirigeants ont tenu un registre de la température où seront présentées les épreuves de tennis, de voile et de golf et ont noté qu'elle dépassait régulièrement 31 degrés Celsius, un niveau qui oblige habituellement l'Association japonaise des fédérations d'athlétisme à cesser toute activité physique.
Par ailleurs, lorsque Tokyo a déposé sa candidature pour les JO de 2020, elle a assuré que son plan était compact et que toutes les installations seraient dans un rayon de 8 km du village olympique.
Mais depuis qu'elle a obtenu l'organisation des jeux, de nombreuses disciplines ont été déplacées à l'extérieur de Tokyo, notamment dans les préfectures de Kanagawa, Saitama et Chiba, afin de réduire les coûts, et les épreuves cyclistes ont même été repoussées jusqu'à Izu.
Baker ne considère toutefois pas que ce sera un problème.
«De manière générale, leur plan demeure très compact, a-t-il souligné. Nous venons de visiter les installations aquatiques et elles sont situées très, très près du village des athlètes. D'autres installations sont plus loin, mais les gens ne semblent pas trop préoccupés par ça.»