Tammara Thibeault est repartie de Regina avec le sourire, tout le contraire de son adversaire Naomi Graham, qu’elle a vaincue deux fois en trois jours!

Thibeault se sentait comme à la maison!

TROIS-RIVIÈRES — Vaincre une adversaire deux fois plutôt qu’une en l’espace de quelques jours, voilà ce qu’a accompli Tammara Thibeault, cette fin de semaine en Saskatchewan, lors du Ken Goff Memorial Classic, un événement de boxe annuel qui rallie des membres des équipes nationales du Canada et des États-Unis.

Thibeault (75 kg), qui effectuait pour l’occasion un retour où tout a commencé pour elle sur la scène de la boxe, a disposé de sa rivale Naomi Graham par décision unanime, vendredi et dimanche.

Boxe Canada avait délégué une dizaine d’athlètes de l’équipe nationale, dont Thibeault, médaillée de bronze des Jeux du Commonwealth il y a quelques semaines. À mi-chemin du processus olympique vers les Jeux de Tokyo, ce rendez-vous était important pour mesurer le potentiel des athlètes qui représenteront le pays à la boxe au Japon.

«Je suis fière de mes combats. Vendredi, je l’ai dominée, mais comme ça arrive souvent quand on sait qu’il y a un combat revanche, elle a été en mesure de s’ajuster dimanche.»

Au deuxième round dimanche, Thibeault a donc reçu un coup de tête au nez. Elle a craint une blessure sérieuse. «Ce n’était pas drôle, je crachais en continuant le combat. J’étais certaine que mon nez était cassé, j’ai saigné beaucoup... À la fin, j’ai quitté le ring avec deux beaux yeux au beurre noir, mais sans plus!»

La Shawiniganaise, qui s’entraîne désormais à Montréal, affrontait à Regina l’une des membres de la première équipe des Américains. «Je la connaissais un peu et oui, elle est étiquetée comme faisant partie de l’équipe A. C’est très motivant de battre des filles comme elle. À deux ans des Olympiques, je veux prendre l’habitude de bien boxer et c’est ce que j’ai fait en fin de semaine à Regina.»

Parce qu’elle a entamé sa carrière de boxeuse dans la capitale de la Saskatchewan, à l’époque où son père Patrick jouait dans la Ligue canadienne de football, Tammara Thibeault fut l’une des athlètes les plus courtisées pour des entrevues avec les divers médias de la région au cours de la dernière semaine. Malgré cette distraction peu habituelle, elle a assuré dans l’arène.

«Les communications, j’adore ça! Je préfère interagir avec les gens directement plutôt que via les réseaux sociaux. Pour moi, ce n’était donc pas un problème et ça m’a permis de me reconnecter avec une partie de ma vie. Je n’aurais pas pu demander un meilleur scénario!»

La pugiliste de 21 ans se battra de nouveau cet été, en Irlande et en Espagne, dans le cadre de compétitions mineures.