Vladimir Guerrero

Temple de la renommée: Martinez a des chances, Guerrero presque assuré

NEW YORK — Edgar Martinez prend du galon dans l’estime de ceux qui votent pour l’entrée à Cooperstown, 14 ans après avoir pris sa retraite.

Il a recueilli deux fois plus de votes en 2017 qu’en 2015. Et cette année, on le voit aux alentours des 75 % nécessaires pour une place au Panthéon.

La composition de la cohorte 2018 sera annoncée mercredi à compter de 18h00, au MLB Network.

Martinez pourrait devenir le deuxième joueur à accéder au Temple de la renommée en ayant surtout joué comme frappeur de choix.

«Je pense que c’est un peu comparable aux releveurs : une fois quelques-uns intronisés, les gens doivent accepter qu’ils font partie du baseball à notre époque, a dit le chroniqueur Tracy Ringolsby, de mlb.com. On ne peut pas les ignorer et en conséquent, il faut les considérer.»

Martinez a obtenu 25,2 % des votes en 2014, quand Frank Thomas est devenu le premier à être élu après avoir été frappeur de choix, majoritairement.

Les alignements dans les stades de l’Américaine incluent un frappeur de choix depuis 1973.

En 2015, Martinez avait le O.K. sur 27 % des bulletins. Le pourcentage est passé à 43,4 en 2016, puis à 58,6 l’an dernier.

On s’attend à ce que les portes s’ouvrent sans débat pour Vladimir Guerrero, Chipper Jones et Jim Thome. Dans le cas de Martinez et Trevor Hoffman, c’est moins sûr.

Martinez est une option pour la neuvième fois; la limite est de 10 présences sur les bulletins, selon les règles de l’Association des chroniqueurs de baseball d’Amérique.

Les espoirs concernant l’ancienne vedette des Mariners sont alimentés en partie par un nouveau regard sur les statistiques.

«Nous avons de nouveaux outils pour évaluer sa carrière et la comparer non seulement aux autres frappeurs de choix, mais aux autres frappeurs tout court, qu’ils soient de son époque ou avant lui, relate Jayson Stark, journaliste pour ESPN de 2000 à 2017. Il est à la hauteur, peu importe à qui on le compare.»

Membre de sept équipes d’étoiles, Martinez a été frappeur de choix dans 1412 matches sur 2055, en saison régulière. Il a joué pour Seattle durant ses 18 saisons dans le baseball majeur. Il a été deux fois champion frappeur de l’Américaine, se retirant avec une moyenne de ,312. Martinez a aussi claqué 309 circuits.

Deuxième chance pour Vladimir

Paul Molitor, au Temple depuis 2004, a été frappeur de choix dans 1174 matches sur 2683. Thomas l’a été lors de 1310 rencontres sur 2322.

Guerrero obtient une deuxième chance d’être élu, lui qui a pris part à neuf matches des étoiles. En 2004, il a été joueur par excellence de l’Américaine, avec les Angels. Le Dominicain a frappé 234 de ses 449 circuits avec les Expos de Montréal. Guerrero s’est retiré après 16 campagnes, avec 1496 points produits et une moyenne de ,318.

Jones et Thome en sont à leur première année d’admissibilité.

Membre de huit équipes d’étoiles, Jones a été le joueur par excellence de la Nationale en 1999, puis champion frappeur du circuit huit ans plus tard. Au fil de 19 saisons avec les Braves, il a frappé pour ,303 et a fourni 468 longues balles.

Thome occupe le huitième rang de l’histoire avec 612 circuits, dont 337 avec les Indians. Il a joué pendant 22 saisons et a fait partie de cinq équipes d’étoiles.

Hoffman est arrivé à court de cinq votes l’an dernier, où Tim Raines, Jeff Bagwell et Ivan Rodriguez ont reçu l’appel tant convoité. Il a inscrit 601 sauvetages, n’étant dépassé à ce chapitre que par Mariano Rivera, avec 652.

Les releveurs au Panthéon sont Hoyt Wilhelm (1985), Rollie Fingers (1992), Dennis Eckersley (2004), Bruce Sutter (2006) et Goose Gossage (2008).

La cérémonie d’intronisation aura lieu le 29 juillet.