Kim Clijsters et Andy Roddick

Temple de la renommée: au tour d'Andy Roddick et Kim Clijsters

Andy Roddick se fait plus souvent poser des questions à propos d'une de ses apparitions en finale d'un tournoi du Grand Chelem que celle qu'il a remportée.
Il semble que sa défaite en cinq manches - 16-14 lors de la dernière - contre Roger Federer à Wimbledon, en 2009, amorce plus de conversations que sa victoire en trois manches aux Internationaux des États-Unis, en 2003.
«Pour le meilleur et le pire, les gens me parleront toujours de cette finale à Wimbledon, a indiqué Roddick, qui est toujours le dernier Américain à avoir triomphé lors d'un tournoi majeur. Les gens me racontent où ils étaient et avec qui ils regardaient l'affrontement. C'est tout de même un beau moment pour moi. Je sais que je n'ai pas gagné, mais je sais aussi que je n'aurais pas pu exécuter un meilleur plan de match pendant quatre heures et demie.»
Roddick et la quadruple championne d'un tournoi majeur Kim Clijsters seront intronisés au Temple de la renommée du tennis, samedi. Monique Kalkman-van den Bosch, une quadruple médaillée olympique en tennis en fauteuil roulant, Steve Flink, un journaliste et historien, ainsi que l'entraîneur Vic Braden seront aussi honorés.
Roddick et Clijsters ont d'ailleurs été émus d'avoir l'occasion de visiter le Temple avec leur famille et leurs amis, vendredi. «Quand je suis entrée, j'ai vu l'histoire de ce sport alors que j'étais enfant - Steffi Graf, Monica Seles et Arantxa Sanchez. Quelques mètres plus loin, il y aura ma photo ou mon trophée et c'est très spécial, a avoué Clijsters. C'est difficile à croire.»