Derek King, le directeur principal des opérations hockey et aux opérations des installations de la LNH, supervise l’installation de la patinoire qui servira lors de la Classique LNH 100.

Une patinoire de qualité pour la Place TD

CHRONIQUE / Derek King a déjà complété sa liste de souhaits à l’approche du temps des Fêtes. Il espère du temps froid, mais pas trop, pour les 10 prochains jours dans la région d’Ottawa.

Du temps froid... et pas trop de précipitations.

« Les conditions idéales sont celles que nous connaissons en ce moment. Si ça pouvait être la même chose chaque jour, jusqu’au match, ce serait parfait », a confié l’homme, lundi.

M. King occupe le poste de directeur principal des opérations hockey et aux opérations des installations de la LNH. Il est débarqué dans la capitale dimanche. Il supervise, depuis, l’installation de la patinoire qui servira lors de la Classique LNH 100, qui opposera les Sénateurs au Canadien, le 16 décembre prochain.

M. King connaît son affaire. Il a été responsable de la surface glacée dans 10 des 15 derniers matches présentés dans des stades par la LNH.

« Nous avons une marche à suivre. Nous suivons une routine assez rigide, quand nous arrivons dans une nouvelle ville », explique-t-il.

Une unité de réfrigération mobile, aménagée dans un camion de 16,15 mètres, s’est stationnée sur le terrain de la Place TD ce week-end.

Lundi matin, lors de notre passage, des employés avaient commencé à recouvrir le terrain de football de tuiles de caoutchouc blanches. Dans les prochaines heures, un système de tuyaux qui reliera le camion à la patinoire sera installé.

Les rampes et les baies vitrées feront leur apparition mercredi et jeudi. Par la suite, plus de 11 000 litres de liquide de refroidissement au glycol circuleront dans les tuyaux de façon à maintenir le sol à la température idéale de moins six degrés Celcius.

M. King est débarqué à Ottawa avec une quinzaine de collègues. Quelques dizaines de collaborateurs recrutés localement – dont l’équipe qui travaille à l’entretien de la patinoire au Centre Canadian Tire – se joindront au groupe dans les prochains jours.

« Nous allons travailler entre 12 et 14 heures par jour d’ici jeudi. Quand nous allons commencer à fabriquer de la glace, nous allons nous diviser en deux groupes de travail. Nous ne pourrons pas travailler beaucoup, durant la journée, par temps ensoleillé. Nous allons surtout œuvrer en soirée », explique M. King.

Lansdowne se prépare pour le match extérieur de la Classique LNH 100.

On estime que près 40 000 litres d’eau seront nécessaires pour la fabrication de la patinoire.

L’épaisseur des patinoires qu’on retrouve dans les 31 amphithéâtres de la LNH est d’environ 2,5 centimètres. Pour les matches en plein air, on aménage des patinoires de 5 centimètres, de façon à faire face aux intempéries.

« Notre objectif consiste à donner aux joueurs une patinoire de qualité équivalente à celles qu’ils retrouvent dans les matches à l’intérieur », affirme M. King.

« Nous n’avons pas de contrôle sur ce que dame Nature fabrique. Depuis le temps, nous avons appris à travailler avec à peu près tous ses éléments. Le soleil, la pluie, la neige sont tous des trucs avec lesquels nous pouvons travailler. »

La patinoire devrait être prête à accueillir ses premiers patineurs le jeudi 14 décembre.

La Classique LNH 100 sera le 21e match de la LNH présenté dans un stade depuis 2003.

Les Sénateurs deviendront la 18e équipe de la LNH à accueillir un événement du genre.

Montréal sera la seule ville canadienne du circuit qui n’aura pas eu ce privilège. 

La caravane doit effectuer quatre autres arrêts d’ici 2019. Elle se rendra à Saint-Louis pour la Classique hivernale de 2018.

NOS TROIS ÉTOILES DE LA SEMAINE

1. Luongo

Gagner 200 matches devant le filet d’une équipe de la LNH, c’est un bel exploit pour un gardien. Roberto Luongo a réussi à le faire deux fois. Il a eu le temps de le faire durant son long séjour à Vancouver. 

La semaine dernière, il a réussi à signer un 200e gain avec les Panthers de la Floride. Dans les 100 années d’histoire de la LNH, un seul autre gardien a réussi à signer 200 victoires dans deux uniformes différents. Patrick Roy l’a fait à Montréal, puis au Colorado. 

À 38 ans, Luongo présente un taux d’efficacité de 92,8 %, ce qui lui permettait d’occuper le huitième rang dans la LNH, en début de semaine. 

« Le hockey me passionne toujours autant. J’adore ce sport », a-t-il déclaré dans un récent entretien avec Postmedia. « Deux facteurs pourraient me pousser à prendre ma retraite. Tant que ma santé sera solide, tant que mes performances seront satisfaisantes, je continuerai à jouer. »

2. DeBrincat

L’ailier américain Alex DeBrincat célébrera son 20e anniversaire de naissance, à une semaine, jour pour jour, de Noël. Il s’est déjà offert un joli cadeau, inscrivant son nom dans le grand livre des records des Blackhawks de Chicago. 

Il a inscrit 10 buts en 13 matches, en novembre. Aucune recrue, dans la riche histoire des Hawks, n’avait réussi à toucher la cible aussi souvent dans un seul mois. 

« Ses petits, mais efficaces lancers ont réussi à surprendre bien des gens. Il traîne toujours dans les environs du filet adverse. Il est capable de trouver la rondelle lorsqu’elle se faufile entre les bâtons et les jambes des joueurs adverses. Il n’a pas besoin de beaucoup d’espace pour manœuvrer. Ça m’impressionne », a confié Patrick Kane au quotidien Chicago Tribune. DeBrincat, on le rappelle, n’avait même pas été retenu au sein de l’équipe nationale junior américaine l’an dernier...

3. Henrique

Il n’est jamais facile, pour un joueur, d’être impliqué dans une transaction. C’est encore plus dur quand c’est la première fois. 

Adam Henrique a quand même bien réussi à composer avec cette réalité. Après avoir passé les sept premières années de sa carrière dans l’uniforme des Devils, le centre ontarien a été cédé aux Ducks d’Anaheim la semaine dernière. 

À ses deux premiers matches avec sa nouvelle formation, il a marqué un but et récolté une mention d’aide. « Cette transaction pourrait me rapporter gros », a dit le jeune vétéran dès son arrivée. 

« Je regarde l’alignement de l’équipe et je comprends que je pourrais avoir l’opportunité de jouer avec des attaquants de très haut calibre. Je suis surtout conscient que je me joins à une organisation qui vise toujours la victoire. C’est encore plus important, à mes yeux. » Henrique et les Ducks ont affronté les Knights de Vegas, lundi soir.