Il est temps de remercier Samuel Girard pour les trois fantastiques saisons qu’il a écoulées chez les Cataractes.

Une croix sur la Tornade

COMMENTAIRE / Il est temps de remercier Samuel Girard pour les trois fantastiques saisons qu’il a écoulées chez les Cataractes.

Si son utilisation chez les Predators depuis le début de la saison laissait miroiter un possible retour dans le junior – ce qui faisait rêver l’état-major shawiniganais, de faire sauter la banque en monnayant ses services aux Fêtes – son déménagement au Colorado plombe solidement ce scénario. 

Chez l’Avalanche, Mark Barberio, incapable de jouer régulièrement avec le Canadien l’an dernier, est le défenseur le plus utilisé du côté gauche. Ça vous donne une idée du reste de la brigade! Girard a sûrement été secoué par l’échange et va quitter à regret une ville qu’il aimait bien, mais il ne sera pas perdant au change en étant parachuté à Denver, où il y a pas mal moins de congestion à la ligne bleue. 

Dans cette optique, on voit mal comment l’Avalanche pourrait prendre la décision de le renvoyer à Shawinigan. Dans le bouquet de sept valeurs obtenues pour Matt Duchene, Girard est actuellement la pièce maîtresse. Juste pour ça, il obtiendra assurément toute la latitude nécessaire au cours des prochaines semaines pour s’établir dans la meilleure ligue au monde. 

Pour les Cataractes, c’est un coup dur. Deux fois en deux ans, la LNH est venue subtiliser la vedette de l’équipe. L’an passé, le départ de Beauvillier a anéanti les espoirs de la plus vieille concession d’enfin mettre la main sur la coupe du Président. 

Cette fois, la promotion de Girard prive l’organisation de sa meilleure valeur pour accélérer la reconstruction. C’est bien sûr hors du contrôle de Girard, qui sera néanmoins reconnu comme l’un des joueurs les plus spectaculaires ayant été formés en Mauricie. La Tornade de Roberval valait le prix d’entrée à lui seul depuis trois ans. Un mélange parfait de talent, de cran et de caractère. 

Ceux qui croient qu’il va ressentir une pression malsaine d’avoir été au cœur de l’échange Duchene peuvent dormir tranquille. Au contraire, ça va le faire carburer. Dans un an, deux maximum, ça va danser en titi sur la ligne bleue en avantage numérique au Colorado avec Girard à gauche et Cale Makar à droite.