Valentin Nussbaumer (Cataractes) et Théo Rochette (Saguenéens), deux hockeyeurs formés en Suisse, ne sont pas aussi explosifs qu’anticipés à leurs débuts dans la LHJMQ, eux qui étaient pourtant étiquetés comme parmi les plus beaux espoirs du dernier repêchage.

Un pas à la fois

CHRONIQUE / Les atterrissages ne sont pas tous flamboyants. L’important reste de les réussir!

Malgré tout le talent qui les anime, Valentin Nussbaumer et Theo Rochette ne sont pas aussi explosifs qu’anticipés à leurs débuts dans la LHJMQ.

Admis à la dernière minute au dernier repêchage des joueurs midgets en juin en raison de ses racines québécoises, Théo Rochette était présenté comme un joueur d’exception. Peut-être même le gars le plus talentueux de toute la cohorte. Les Saguenéens se réjouissaient ouvertement du fait qu’il ait glissé au sixième rang, en grande partie car plusieurs formations ne l’avaient jamais vu jouer.

Nussbaumer, lui, s’est présenté à Shawinigan auréolé de la réputation d’être un futur choix de première ronde LNH. Certains sites spécialisés le plaçaient même dans le top 10! Il n’a pas raté son départ, avec un truc du chapeau. Depuis, par contre, c’était la sécheresse, avant de marquer samedi soir.

Rochette a 16 ans, Nussbaumer 18. Ils ont été formés en Suisse. Même si le talent leur sort par les oreilles, ils apprennent chacun de leur côté que la transition vers la LHJMQ n’est pas facile.

«Plusieurs personnes m’avaient dit que j’aurais besoin de temps pour m’acclimater, en particulier sur les glaces plus petites. En toute honnêteté, je pensais le contraire. Force est d’admettre qu’il y avait du vrai», tranche Nussbaumer, très lucide sur le niveau de jeu qu’il offre. «Je sens par contre que ça s’en vient. Ce but samedi ne peut qu’aider. Je sais que je peux en donner plus. Un pas à la fois», ajoute celui qui montre une fiche de quatre buts et trois passes, en plus d’un différentiel de -10, en 10 matchs.

Le jeune Rochette est dans le même bateau. «J’aime la grande glace, j’aime aussi les espaces restreints. Il y a quand même une adaptation à faire de ce côté. C’est ce qui est en train de se passer. J’ai confiance, je me sens super bien avec les Saguenéens, j’ai été très bien accueilli. Et les chances sont là», sourit Rochette, qui montre un dossier de trois buts et deux passes, ainsi qu’un différentiel de -1 en 10 matchs.

Son entraîneur Yannick Jean ne fait pas d’urticaire non plus avec son rendement. «Je n’ai aucune attente en terme de production en ce qui concerne les joueurs de 16 ans. La seule chose qui importe à mes yeux, c’est la progression. On en voit une belle avec Théo. C’est un gars tellement déterminé à jouer de la bonne façon, à être efficace dans les trois zones. Pour le reste, ça va venir, car il a des chances de marquer à tous les matchs.»

À Shawinigan, Daniel Renaud prône lui aussi la patience avec Nussbaumer.

«Ce sont des jeunes, on oublie parfois à quel point un changement de pays provoque des changements. Sur la glace comme à l’extérieur. Valentin n’est pas différent des autres, c’est tout à fait normal d’avoir besoin de temps pour tout mettre en place. La volonté est là. Le talent aussi. Ça s’en vient.»

Bien sûr, le temps presse un peu plus chez Naussbaumer, éligible à la prochaine séance de sélection de la LNH. Lors du premier relevé émis par la centrale, il avait une cote de B, ce qui le place théoriquement à l’extérieur de la première ronde.

Bien sûr, cette évaluation va fluctuer au cours de la saison. Et, de toute façon, la centrale n’est pas la vérité absolue. Mais cette cote de B trahit quand même que son départ n’est pas aussi convaincant que souhaité. Malgré ça, Naussbaumer assure ne pas ressentir de pression particulière avec le repêchage.

«Je n’y pense pas pour l’instant. Il reste tellement de hockey à jouer d’ici là. Ma priorité, c’est de retrouver mon niveau de jeu, et d’aider l’équipe à gagner. J’ai marqué samedi, on vient de signer deux victoires d’affilée. C’est un week-end qui va faire du bien à tout le monde et évidemment, je m’inclus là-dedans.»

PLAMONDON QUITTE

Insatisfait de son utilisation, Alex Plamondon a décidé de quitter les Cataractes. L’ex-porte-couleurs des Estacades de Trois-Rivières a été laissé de côté en fin de semaine, ce qui l’a incité à remettre son maillot. Natif de Drummondville, Plamondon va maintenant défendre les couleurs du Titan de Princeville. En huit matchs depuis le début de la saison, Plamondon n’avait récolté aucun point, et affichait un différentiel de -7.

LA CITATION DE LA SEMAINE

«Tu es tannant avec cela, calvaire»

-Serge Beausoleil, qui a perdu patience avec un journaliste qui le questionnait à propos du statut de l’Européen Radim Salda, qui n’a toujours pas reçu l’autorisation de sa fédération pour poursuivre son développement avec l’Océanic.

C’était la deuxième fois en moins d’un an que Beausoleil se permettait une montée de lait à l’endroit d’un journaliste.

L’Océanic montre une fiche de sept victoires en 11 sorties depuis le début de la saison. Beausoleil a par ailleurs indiqué qu’il comblera son deuxième casier européen d’une autre façon si la situation n’est pas réglée d’ici la fin du mois.