La saison 2015 avait été couronnée par le tout premier championnat de l’histoire de la concession, remporté devant les Jackals du New Jersey au stade Yogi-Berra.

Parfum de 2015

Les projecteurs du paysage sportif de la Mauricie seront braqués sur les Aigles cette semaine.

Pour la deuxième fois seulement depuis le retour du baseball professionnel dans la cité de Laviolette, il y aura des séries au Stade Stéréo Plus. Dans une ligue à six équipes, ce n’est pas la mer à boire!

Au plan organisationnel, les Aigles sont rodés depuis un bon bout de temps. La terrasse est invitante, les différentes promotions amènent de l’eau au moulin. Mais c’est sûr que le meilleur pitch de marketing, ça se passe sur le terrain. Et c’était assez clair depuis deux ans que les actionnaires de l’équipe – des hommes d’affaires qui n’ont pas l’habitude des demi-mesures – commençaient à s’impatienter. Ils ne sont pas là pour faire des sous. Mais ils veulent avoir du plaisir, et retirer de la fierté des efforts consentis.

Ils ont été servis cette année. L’équipe a présenté un bilan au-dessus de la barre des ,500. Mais surtout, elle a été excitante à souhait. Pas un joueur dans l’histoire récente des Aigles n’avait encore connu une campagne comme Taylor Brennan vient de se fabriquer. Il tient les amateurs sur le bout de leur siège à chacune de ses présences à la plaque, celui-là! D’ailleurs, cette armoire à glace en est probablement à ses derniers milles en Mauricie. Quand un joueur montre un tableau de chasse comme le sien dans la Ligue Can-Am, normalement il réussit à se magasiner un job plus attrayant à un échelon supérieur…

Mais bon, Brennan est encore là pour l’instant, et il se veut une carte importante dans le jeu des Aigles alors qu’ils s’apprêtent à défier les Miners de Sussex. Ces derniers sont champions du calendrier régulier, le genre de fait d’armes qui n’est jamais le fruit du hasard. Une équipe sans grande faiblesse.

Les Aigles arrivent quant à eux en séries avec un certain momentum, et ils savent qu’ils peuvent battre les Miners. Ils ont enregistré 10 victoires à leurs 21 derniers matchs contre eux, dont trois en quatre essais lors du dernier week-end de la saison.

Évidemment, les Miners vont tenter de limiter les dégâts faits par Brennan. Ceux qui le suivent dans le rôle offensif devront être opportunistes si les Miners ne le défient pas…

L’ambiance s’annonce festive
Voilà un scénario alléchant pour les deux premiers matchs de la série, disputés ici. Dame Nature semble vouloir offrir sa collaboration en plus, ça sera intéressant de voir combien les Aigles peuvent attirer de gens au stade. Il y a lieu d’être optimiste, avec les foules des deux dernières semaines. Huit milles personnes au total pour les deux matchs? Si c’est le cas, l’ambiance sera festive dans les gradins!

Il y a un petit parfum de 2015 autour du stade en ce moment. C’est le temps de s’en imprégner! D’une façon ou d’une autre, il ne durera pas longtemps. Au maximum, il reste quatre matchs locaux aux Aigles…

Le boxeur trifluvien Mikaël Zewski est en attente d'une date pour son prochain combat.

+

Zewski doit patienter

Si les astres avaient été alignés, il y aurait eu aussi de la boxe au menu en septembre au stade. Après avoir étudié la proposition du Groupe GYM, les Aigles ont poliment décliné l’invitation de partenariat, qui aurait permis à Mikaël Zewski de boxer en finale dans son patelin.

Pourquoi les Aigles ont refusé? Pour se concentrer d’abord et avant tout sur le baseball. Mais aussi, semble-t-il, parce qu’ils n’ont pas été convaincus par la qualité de la carte qui aurait été concoctée. Et après avoir vu les Cataractes faire les choses en grand avec leurs deux galas en février et mai, il n’était pas question dans leur esprit de présenter un événement de moindre qualité.

C’est dommage pour Zewski, qui rêve depuis longtemps de se battre dans sa cour.

Ce dernier a porté sa fiche à 31 victoires en 32 sorties chez les pros à son dernier combat en mai, mettant par le fait même la main sur la ceinture WBC internationale des 147 livres. À ce moment-là, Yvon Michel disait vouloir le ramener sur le ring le plus rapidement possible, pour qu’il puisse s’installer dans le top 10 de la WBC, là où un simple coup de fil peut te propulser en championnat du monde. Il est présentement au 17e échelon…

Le flirt avec les Aigles n’ayant pas donné de résultat, Zewski doit patienter. À 29 ans, ça ne doit pas s’éterniser, s’il veut vraiment monnayer sa carrière qu’il bâtit depuis son adolescence.

Le plan serait maintenant de lui permettre de se battre en sous-carte d’Adonis Stevenson en décembre. Dans un combat où il ferait face à son adversaire le plus significatif en carrière.

Tant mieux si ça se produit. Mais on vous rappelle quand même que Zewski a subi son seul revers en carrière face à Konstantin Ponomarev, qui vient de subir un premier échec en 35 combats. Plus fort que Ponomarev, on n’est pas loin des champions… À moins, justement, que ça ne soit une revanche face à Ponomarev. Ce n’est pas un grand secret d’État, Zewski rêve de le recroiser un jour…