Il faut se demander pourquoi Claude Julien a donné si peu de temps de jeu à Jonathan Drouin à l'aile face aux Bruins.

Mêlé comme un jeu de cartes

Il est mêlé comme un jeu de cartes. Qui? Jonathan Drouin, évidemment.

J’étais de ceux qui ont applaudi Marc Bergevin quand il a sacrifié Mikhail Sergachev afin de faire son acquisition. Ce dernier a beau briller dans l’uniforme du Lightning - un environnement parfait pour s’épanouir - je crois toujours que Bergevin ne pouvait laisser passer l’occasion d’ajouter un jeune Québécois aussi doué.

Par contre, il faut le placer dans des conditions pour lui permettre de s’illustrer. Depuis que Claude Julien s’est aperçu qu’il n’y avait pas de chimie avec Max Pacioretty, Drouin n’a droit à aucune stabilité. Il change constamment de compagnons de trio, et Julien s’entête à le garder au centre, où il n’est clairement pas le même joueur.

Mercredi face aux Bruins, Drouin allait être libéré, enfin utilisé à l’aile. Or il a été retourné au centre après une période et demie!

Mettez-vous dans les patins du jeune homme: pas surprenant que Drouin n’ait pas connu un grand match face aux Bruins. Même s’il n’était pas son favori, je le soupçonne de commencer à s’ennuyer de Jon Cooper...

Ceci étant dit, le rendement de Drouin n’explique pas à lui seul le revers face aux Bruins. La panne d’inspiration était généralisée. Inconcevable de la part d’un groupe de joueurs qui tente de se maintenir dans la course aux séries. Et puis, simonac, l’équipe en face se nommait les Bruins, probablement l’équipe avec laquelle la rivalité est la plus forte depuis une décennie. Comment peut-on s’endormir dans un scénario semblable?

En les voyant prendre des photos sur la glace, j’ai eu une pensée pour... Chris Nilan! Ce dernier n’avait pas son pareil pour allumer le feu face aux Bruins. Je sais, je sais, cette époque est bien lointaine. Remarquez, Nicolas Deslauriers a atteint la LNH en jouant un rôle semblable. Il a jeté les gants à son premier match avec le Canadien, s’est fait rabrouer en point de presse par Julien. Depuis, il s’en tient au hockey. Avec une étonnante efficacité, Deslauriers est l’une des belles histoires dans ce vestiaire cette année. Mais mercredi, il me semble qu’il aurait pu tenter de provoquer quelque chose quand il a vu que le courant ne passait pas sur le banc de son équipe...