Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Carey Price reste à Montréal.
Carey Price reste à Montréal.

Hors de prix

Article réservé aux abonnés
COMMENTAIRE / Pour ceux qui doutaient à quel point le contrat accordé à Carey Price par le Canadien était horrible, ils n’ont plus le choix de s’incliner.

Le Kraken avait la chance de le réclamer sans rien donner en retour mercredi.

Price est perçu par ses pairs comme l’un des meilleurs de sa profession. Il vient d’amener la pire équipe qualifiée pour les séries en finale de la coupe Stanley. En plus, il a grandi en Colombie-Britannique, juste de l’autre côté de la frontière. Le Kraken pouvait donc – gratuitement, j’insiste – s’offrir l’Élu et en faire le premier visage de sa franchise.

Mais Ron Francis n’a pas mordu à l’appât de Marc Bergevin.

À 33 ans, il lui reste certainement quelques bonnes saisons dans le corps. Son historique médical n’est pas le plus reluisant, c’est vrai, mais il n’est pas catastrophique non plus.

Il faut se rendre à l’évidence: si Price est toujours un membre du Canadien, c’est uniquement parce ce que son contrat est hors norme dans le marché des gardiens. Même pour un club d’expansion, qui n’avait aucun engagement financier, ce pacte était tellement indigeste que Francis a préféré se priver du gardien vedette.

Personnellement, j’ai bien hâte d’entendre les commentaires de Bergevin à propos de ce dossier jeudi. Il aura beau dire que la décision de ne pas protéger Price était stratégique, qu’il savait que le Kraken n’allait pas le réclamer et que ça lui permettait de garder intact son duo de gardiens, on n’est pas obligé de le croire sur parole. C’est probablement même le contraire, il devait espérer se débarrasser de ce contrat qui handicape son assiette salariale. Au point de demander à Price de lever sa clause de non-mouvement. Vous savez, ce genre de demande, normalement ça laisse des traces…

Soirée insipide

Price n’est pas le seul gros nom à être resté sur les tablettes. Vladimir Tarasenko a lui aussi été boudé, tout comme James Van Riemsdyk. À part le capitaine des Flames Mark Giordano, Francis a montré peu d’appétit pour les vétérans se baladant avec un gros contrat dans les poches.

Il a plutôt collectionné un paquet de joueurs à cheval entre la LNH et les mineures. Cette équipe sera lourde, pas de doute, mais cette première fournée manque cruellement d’habiletés en attaque.

Plusieurs choix sont bien difficiles à comprendre. À moins, évidemment, qu’il y ait des transactions rattachées à ces décisions, qui seraient dévoilées dans les prochaines heures.

Si c’est le cas, le Kraken et la LNH ont raté une belle fenêtre mercredi soir alors que la planète hockey était branchée. Tous ses choix avaient été coulés sur les médias sociaux dans l’après-midi, alors les transactions auraient mis du piquant dans ce show conçu pour la télévision. Sans suspense, ce fut ennuyant au possible!

Après le succès des Golden Knights et toutes les tractations du dernier repêchage d’expansion, les attentes étaient élevées mercredi.

Ce fut loin d’être concluant.

La gamme de joueurs choisis ressemble davantage au repêchage d’expansion des Sénateurs d’Ottawa qu’à celui des Golden Knights!

Ron Francis a beaucoup d’espace sous le plafond salarial pour greffer du talent à ce groupe. Espérons pour les fans du Kraken qu’il va s’en servir. C’est bien beau créer un gilet cool et essayer d’enrober le produit, si celui-ci est mauvais, les fans de sports de Seattle ont bien d’autres options pour dépenser leur argent dans leur cour…