Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Malcolm Allard, Alexis Scolan et Strahinja Borovnica se sont amenés au sein du Shawinigan Prep dans l’espoir de s’approcher de la NCAA. ­­­
Malcolm Allard, Alexis Scolan et Strahinja Borovnica se sont amenés au sein du Shawinigan Prep dans l’espoir de s’approcher de la NCAA. ­­­

Un programme de basket qui voit grand

Matthew Vachon
Matthew Vachon
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Grâce à l’arrivée de quelques Québécois dans la NBA, le basket est un sport en plein essor au Québec. Jusqu’à maintenant, le meilleur moyen pour atteindre la grande ligue, c’est de passer par la fameuse NCAA aux États-Unis. Il faut donc se faire repérer par les collèges américains avant même de penser à un jour évoluer avec l’élite mondiale. C’est dans cette optique que Francis Mondou a décidé de lancer le Shawinigan Prep.

Cette nouveauté dans l’univers du basket s’adresse aux joueurs de niveau collégial, mais un partenariat avec le Séminaire Sainte-Marie permettra aux jeunes de secondaire 3 à 5 de faire leur entrée plus tôt dans la structure shawiniganaise. «L’objectif de notre programme, c’est vraiment de développer de jeunes joueurs pour la NCAA, le plus haut calibre universitaire en Amérique, sinon le niveau U Sports au Canada. Si, après deux ans, un athlète ne se qualifie pas pour l’un de ces deux niveaux, nous tentons de les envoyer vers un collège junior ou une équipe collégiale de division 1», a expliqué d’entrée de jeu le directeur du programme Francis Mondou.

En plus du volet basketball, le Shawinigan Prep, en partenariat avec la Northern Pre University, permettra à ses jeunes athlètes de faire leurs cours en anglais et d’obtenir un diplôme ontarien de 12e année pour leur admissibilité à la NCAA. De cette manière, l’un des objectifs est de garder les joueurs d’ici qui s’exilent aux États-Unis et en Ontario avant de faire le saut dans la NCAA. C’est en regardant du côté du Athlete Institute à Orangeville en Ontario que l’ancien responsable du programme de basket des Électriks du Cégep de Shawinigan a trouvé son inspiration. «Athlete Institute a notamment développé Jamal Murray et plusieurs joueurs qui sont maintenant dans la NBA. Ce programme amenait les jeunes à l’extérieur des grandes villes pour pratiquer davantage et les tenir loin des mauvaises influences. Nous nous sommes donc basés sur ça. Avec Gym Impact, nous avions sensiblement les mêmes installations. Après quatre années passées avec le cégep, nous amorçons la première année du programme au Séminaire Sainte-Marie.»

À compter de l’an prochain, ce sont deux équipes de niveau élite, soit une formation de 18 à 19 ans puis un autre pour les jeunes de seconde 4 et 5, qui devraient se rendre en Ontario et aux États-Unis pour y disputer des parties.

Des joueurs d’un peu partout

Le programme n’en est qu’à sa première année d’existence, mais déjà, de nombreux athlètes internationaux s’amènent à Shawinigan dans le but de rejoindre ce nouveau projet. Certes, il y a quelques produits locaux, mais il y a des jeunes qui arrivent de la grande région de Montréal, de la France, de l’Italie ou encore de la Serbie. En tout, ce sont 24 joueurs internationaux qui se sont engagés auprès du Shawinigan en vue de l’année prochaine.

Lorsque questionnés sur ce qui les amenait à faire le choix du Shawinigan Prep, tous les athlètes consultés ont indiqué que les nombreuses heures d’entraînement représentent un attrait important de la structure shawiniganaise. «Si j’ai décidé de venir ici, c’est parce que c’est pas mal le seul programme de la région qui offre autant d’heures d’entraînement et de basket en général. Nous ne retrouvons pas ça ailleurs. J’ai hâte de voir le calibre dans lequel nous allons nous évoluer. Avec tous les joueurs de l’extérieur qui viennent ici, je crois que ce sera gros», a exprimé le meneur de Grand-Mère Malcolm Allard.

Abondant dans le même sens que son coéquipier québécois, le Français Alexis Scolan, qui est natif de Marcoussis, a été attiré par l’offre du Shawinigan Prep. L’idée de découvrir une toute nouvelle culture l’a également charmé. «J’ai été très bien accueilli dans mon environnement. Je me suis fait rapidement des amis. Les gens d’ici sont très gentils. Je me suis bien intégré, donc ça m’a facilité la tâche. Le basket, c’est ce que j’aime et qui m’a motivé à aller toujours plus loin. Je ne peux que m’améliorer en donnant mon 100%.»

L’offre du Shawinigan Prep est telle que même la barrière de la langue ne semble pas freiner les ardeurs des jeunes joueurs. Strahinja Borovnica, un meneur de 19 ans natif de la Serbie, a pris la décision de mettre le cap sur Shawinigan même s’il ne parlait pas un mot en français et pas beaucoup plus en anglais. «C’était une grosse étape pour moi, car c’est la première fois que je faisais ça. J’étais très nerveux avant de venir ici. C’est bien par contre, j’aime ça. Le basket est très bon. Les entraîneurs sont également excellents et ils sont toujours là pour nous quand nous avons besoin de quelque chose.»

Borovnica fait d’ailleurs valoir que ce qu’il adore, ce sont les Québécois et leur accueil chaleureux. «Ce que j’apprécie le plus ici, ce sont les gens. Ils sont vraiment bons avec moi.»

Ces joueurs étrangers sont les premiers d’une longue lignée, espère Mondou. À compter de l’an prochain, des jeunes de l’Amérique du Sud et même de l’Afrique devraient se retrouver au sein du programme. «Je croîs en ma ville. Je croyais en notre capacité de bien accueillir les gens. Avec les Cataractes, nous voyons que ça va souvent bien avec les familles de pension. Nous voyons, par exemple, qu’Alexis est très bien avec sa famille. Je suis en discussion avec des gens du Panama et je sais que certains de mes employés fréquentent des Cubaines. Donc, je sais qu’ils seront bien chez ces personnes. C’est ce qui fait que, pour des jeunes comme Strahinja, c’est plus facile de s’intégrer dans une ville comme Shawinigan. Nous voulons des jeunes qui souhaitent se concentrer uniquement sur le basketball.»