Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le président du Club Milpat Michel St-Pierre.
Le président du Club Milpat Michel St-Pierre.

Un été chargé en vue pour le Club Milpat

Matthew Vachon
Matthew Vachon
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Après une saison estivale complètement chamboulée par la pandémie de la COVID-19, le Club Milpat se dirige vers un été fort occupé. Au total, ce sont 46 rendez-vous sportifs qui se présentent au menu pour les amateurs de course à pied et d’athlétisme de la région.

«Au cours de l’hiver, nous avons beaucoup réfléchi à ce que nous pouvions faire de différent comparativement au dernier été. Les courses virtuelles, c’est une chose, mais nous voulions faire quelque chose de spécial pour permettre aux gens de relever des défis. Puisqu’il n’y avait aucune organisation qui se lançait dans les événements virtuels, nous avons décidé de mettre en place une programmation assez originale», a relaté le président du Club Milpat Michel St-Pierre.

Parmi les éléments phares de cette saison 2021, il y aura les Mardis Milpat qui occuperont un espace important dans le calendrier de l’organisation. En tout, ce sont 18 rendez-vous, prévus entre le mardi 4 mai et le mardi 31 août, qui seront offerts aux coureurs. Ceux-ci viendront remplacer en quelque sorte les courses habituellement tenues les mardis soirs, soit les Crépuscules (Série du Diable, les courses Boréalis, les Courses du P’tit Shérif et les Courses Le Thymbré). «Dans le cadre de ces journées, peu importe le moment et l’intensité, les personnes désireuses d’y participer devront parcourir 5 km et enregistrer leur entraînement. Elles doivent ensuite envoyer une preuve de leur parcours sur notre page Facebook. Le temps n’est pas important. Nous allons comptabiliser ça pour faire tirer des prix de participation. Avec ces Mardis Milpat, nous voulons seulement créer l’habitude lors de cette journée de la semaine.»

St-Pierre explique que ces rendez-vous ne se prolongeront pas au-delà du 31 août étant donné qu’il pourrait y avoir des événements d’envergure qui se tiendront à l’automne. Il cite notamment le Marathon de Montréal, le demi-marathon de Bécancour ou le demi-marathon Marcel-Jobin. «Nous voulions que les gens se servent de nos événements pour se préparer en vue de leurs courses automnales.»

Le Club Milpat souhaitant créer des rendez-vous qui se distinguent les uns des autres, une douzaine de nouvelles épreuves ont aussi été conçues pour la saison 2021. Du nombre, il y aura notamment trois demi-marathons organisés à Shawinigan, au lac à la tortue et à Trois-Rivières. «Nous avons élaboré ces épreuves originales pour essayer de conserver l’intérêt des gens. Ces courses sont pour les personnes qui veulent réaliser des défis un peu plus grands», a fait valoir St-Pierre.

16 événements comme partenaire

Au cours des prochaines semaines, la Ville de Trois-Rivières annoncera que six courses se tiendront dans six parcs dans le cadre de la Virée du maire. Le Club Milpat sera partenaire de ces événements. «Ça va s’étirer sur quelque temps afin que les gens puissent y participer. Il y aura également des commanditaires qui pourront offrir des prix de participation. La différence, c’est que ça ne sera pas possible d’y prendre part gratuitement. Le coût d’entrée pour être de la partie sera remis à une organisation caritative à dévoiler bientôt.»

En temps normal, les Courses du P’tit Shérif, qui se déroulent à Saint-Tite, auraient pour leur part souligné leur 10e anniversaire. Les organisateurs, toujours en partenariat avec le Club Milpat, ont décidé d’aller de l’avant en mettant sur pied dix défis uniques étalés sur dix semaines. Les derniers détails sont à peaufiner, mais chaque semaine proposera une façon de bouger différente de la précédente.

C’est donc de cette façon que le Club Milpat sera derrière la tenue de 46 événements en 2021. Ça, c’est si bien sûr il n’y a pas trop d’embrouilles en raison des mesures sanitaires. «Avant l’entraînement, les participants vont devoir venir signer un registre. Ça nous permettra de retrouver rapidement les gens s’il y a une éclosion. Évidemment, il faudra suivre les règles de distanciation sociale. Le tout se fera en petit groupe de 12 personnes ou moins. Il faudra également courir avec son masque. Ce n’est pas l’idéal, mais c’est mieux que de ne pas s’entraîner. On surveillera les mesures sanitaires au fur et à mesure.»