Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Mikaël Zewski rêve de se battre dans son patelin, à Trois-Rivières. 
Mikaël Zewski rêve de se battre dans son patelin, à Trois-Rivières. 

Mikaël Zewski au nouveau Colisée cet automne?

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE — Mark Weightman n’a jamais caché que le nouveau groupe qui va opérer dans le nouveau Colisée souhaite étendre ses activités bien au-delà du hockey professionnel de la ECHL.

La boxe pourrait être un des ballons d’essai lancés dans les premiers mois d’activités du nouveau joyau de Trois-Rivières.

Le Nouvelliste a en effet appris qu’Yvon Michel et Mark Weightman planchent sur un projet qui permettrait à Mikaël Zewski de se battre dans sa ville natale.

Le fruit est mûr
Ça fait des années que Zewski verbalise ce rêve.

Son promoteur lui a promis de tout mettre en œuvre pour l’aider à le réaliser.

Il y a deux ans, Yvon Michel avait tendu une perche aux Aigles de Trois-Rivières, mais ça n’avait pas abouti. Il faut dire qu’en plein air, il y a des embûches supplémentaires pour orchestrer un gala!

Cette fois, le fruit est peut-être plus mûr.

D’une part, Zewski a prouvé à son dernier combat qu’il faisait partie de l’élite mondiale chez les 147 livres. C’est soudainement plus facile de vendre des billets quand, à sa dernière sortie, ta tête d’affiche faisait la finale d’un gala de télévision à la carte à Las Vegas!

Et puis, à Trois-Rivières, il y a une nouvelle organisation qui se cherche justement des produits sportifs à mettre en marché…

«Il y a eu des discussions. C’est prometteur», a simplement commenté Yvon Michel, qui veut s’entretenir cette semaine avec Zewski avant d’étaler davantage son plan de match pour son protégé.

Ce qui est certain, c’est que ce gala ne serait pas programmé ce printemps ni au début de l’été. La Santé publique tolère un gala par mois en ce moment au Québec, avec une poignée de spectateurs. Ce n’est pas le scénario visé pour produire Zewski dans son patelin.

La fin de l’été, sinon l’automne sont des cibles plus réalistes, si la Santé publique continue graduellement de déconfiner l’univers sportif au cours des prochaines semaines.

«Il n’y a rien de concret pour l’instant. Mais depuis mon arrivée à Trois-Rivières, je vante le Colisée pour sa position géographique et sa capacité de 5000 sièges. D’après moi, c’est un endroit idéal pour la boxe», sourit le président de la nouvelle concession trifluvienne Mark Weightman, qui dit avoir ses entrées autant chez Eye of The Tiger Management que chez GYM, les deux promoteurs de boxe au Québec. «Je connais bien Yvon Michel. Il aime aussi le football, on se croisait aux Alouettes. Avons-nous eu des discussions? Oui. Mais c’est tout, pour l’instant. Des discussions», répète-t-il.

Un des scénarios qui circulent, c’est de justement lancer les activités du nouveau Colisée par une carte de boxe de grand calibre. Encore une fois, Weightman est très prudent. «Ce n’est pas impossible. L’idée, c’est d’avoir le plus d’événements possible. On ne s’opposerait pas à ce que ce soit autre chose que du hockey qui lance le bal au Colisée. Maintenant, il y a une question de timing dans tout ça. On n’est pas là-dedans en ce moment», insiste Weightman.

Chose certaine, Zewski ne demande pas mieux que ces pourparlers débouchent sur une entente. Le boxeur, qui revendique 34 victoires en 36 sorties chez les pros, n’a pas caché être au courant que le dialogue était ouvert entre les deux parties. «J’espère de tout cœur que ça va se concrétiser. Je ne veux pas me faire d’idée, mais je ne peux m’empêcher de croire que cette fois, le timing est bon», souligne l’athlète de 32 ans. «On m’a parlé d’un combat significatif pour la suite de ma carrière, donc d’un rival dangereux. C’est parfait comme ça! Je souhaite seulement que ça se passe devant les fans. L’idée de se battre à la maison, c’est de le faire entouré des miens, pas à huis clos…»

Zewski est donc prêt à patienter le temps qu’il faut pour que ce critère soit satisfait. D’ici là, il aimerait d’ailleurs livrer un combat de retour, lui qui ne s’est pas battu depuis septembre. «Je veux rester actif, l’idéal c’est de faire un combat avant de me battre à Trois-Rivières. Je vais en parler avec Yvon cette semaine. On va s’entendre sur les prochaines étapes.»

Aussi au menu de cette discussion, la catégorie de poids dans laquelle il évolue. Zewski se bat normalement à 147 livres mais c’est de plus en plus difficile pour lui de respecter la limite. À Las Vegas, il a dû couper une vingtaine de livres en quelques heures. Le processus a été réussi, mais il se demande si ça ne lui a pas coûté de l’énergie face à Egidijus Kavaliauskas, qui lui a fait subir son premier K.-O. en carrière au huitième assaut alors qu’il dominait le duel aux points jusque-là. «C’est une option qu’on doit étudier, rendu à mon âge. Ça ne veut pas dire qu’on va automatiquement aller à 154 livres. Mais il faut prendre le temps d’analyser les pour et les contre.»