Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les trois clubs canadiens de la Ligue Frontier, dont les Aigles de Trois-Rivières, pourraient passer le premier mois de la saison exclusivement aux États-Unis, en attendant l’éventuelle réouverture de la frontière canado-américaine.
Les trois clubs canadiens de la Ligue Frontier, dont les Aigles de Trois-Rivières, pourraient passer le premier mois de la saison exclusivement aux États-Unis, en attendant l’éventuelle réouverture de la frontière canado-américaine.

Ligue Frontier: projet de calendrier modifié pour les équipes canadiennes

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les Aigles de Trois-Rivières ne savent pas encore à quoi ressemblera la saison des trois équipes canadiennes de la Ligue Frontier, mais ça prendra des réponses d’ici le 16 avril. L’un des scénarios envisagés est de modifier le calendrier: Trois-Rivières, Québec et Ottawa disputeraient tous leurs matchs aux États-Unis, de la fin mai à la fin juin... en attendant la réouverture de la frontière canado-américaine.

Le président du club, René Martin, assistait mercredi à une rencontre virtuelle en compagnie d’autres dirigeants du circuit nord-américain de baseball indépendant, qui compte 16 franchises dont plusieurs (13) établies aux États-Unis.

Président des Capitales de Québec, Michel Laplante y participait aussi. Il était d’ailleurs le seul des trois représentants des clubs canadiens à s’être déplacé en Floride, où se réunissaient les bonzes de la Ligue Frontier.

Les Aigles, les Capitales et les Titans d’Ottawa ont dressé un portrait de la situation de la pandémie au Canada à leurs collègues américains. L’objectif avoué de ces rencontres visait à savoir s’il est toujours permis de croire à la tenue d’une saison impliquant les clubs des deux pays, après l’annulation de la saison 2020.

Les gouverneurs n’en démordent pas: ils désirent trouver une solution. Quitte à jouer exclusivement aux États-Unis pour les premières semaines du calendrier.

La mesure viserait à «acheter du temps» en attendant l’éventuelle réouverture de la frontière canado-américaine, qui permettrait aux équipes américaines de se rendre au Canada et aux formations canadiennes de se rendre au pays de Joe Biden.

Pour l’instant, en raison de la fermeture de la frontière et des mesures sanitaires en vigueur au Canada, les équipes canadiennes ne pourraient disputer normalement le calendrier, dont le début est prévu le 27 mai.

«On a progressé sur deux points. Premièrement, ce serait possible que le calendrier des matchs change. La ligue est prête pour ça. Deuxièmement, on gagne encore un peu de temps avec l’échéance du 16 avril», explique René Martin, ajoutant que les joueurs des Aigles et le personnel d’entraîneurs établiraient un domicile temporaire aux États-Unis, dans l’un des marchés de la Ligue Frontier. Ce serait sans doute dans l’État de New York.

«On commencerait la saison aux États-Unis, avant de revenir au Canada entre la Fête nationale et le 4 juillet. Au lieu de disputer 48 matchs locaux, on en jouerait 38 ou 40. Mais pour que ce scénario se matérialise, on doit s’assurer que la frontière sera rouverte cet été...»

Éviter l’annulation

«On s’est donné une semaine pour voir si on embarque avec le calendrier modifié. Il faut bien sûr en discuter avec nos propriétaires. On a gagné une semaine avant d’officialiser l’horaire», a expliqué au Soleil Michel Laplante.

L’autre option, si jamais les équipes canadiennes décidaient de ne pas aller de l’avant avec le calendrier modifié, serait d’annuler de nouveau la saison comme l’an dernier. «Si nous (les équipes canadiennes) ne sommes pas là, la Ligue Frontier jouera quand même sa saison, mais nous, on perdra tous nos joueurs et il faudra tout renégocier pour 2022. Ce n’est pas évident de repartir après trente mois d’arrêt», indique Laplante.

Celui-ci est conscient qu’il s’agit d’un effort financier supplémentaire demandé aux propriétaires des Capitales, des Aigles et des Titans. «On sait que ça coûte cher de ne pas avoir de revenu local durant le premier mois et demi. Il faudra voir si c’est possible financièrement», indique-t-il.