Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Thomas Sigouin a dénoncé les commentaires lancés à l’endroit du descripteur des matchs des Voltigeurs de Drummondville à la suite de son but compté dans un filet désert.
Thomas Sigouin a dénoncé les commentaires lancés à l’endroit du descripteur des matchs des Voltigeurs de Drummondville à la suite de son but compté dans un filet désert.

Les descripteurs de la LHJMQ défendent celui des Voltigeurs

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Il n’y a pas que les Remparts, les Voltigeurs et la LHJMQ qui se rallient derrière le descripteur des Voltigeurs de Drummondville, Frédéric Beaulieu. Les descripteurs des différentes organisations du circuit aussi, tout comme le gardien Thomas Sigouin. Ces derniers amènent certaines nuances quant au travail d’un descripteur ou d’un analyste de la LHJMQ : « On n’a pas le choix d’être un peu chauvins, c’est normal! », lance Marc Bryson, descripteur radio des parties du Phœnix sur les ondes du 107,7 Estrie. 

Depuis le but dans un filet désert marqué vendredi par le gardien des Remparts de Québec Thomas Sigouin au Centre Marcel-Dionne de Drummondville, menant ainsi à l’élimination des Voltigeurs, Frédéric Beaulieu subit des attaques personnelles sur les réseaux sociaux de la part de certains partisans et internautes en raison du manque d’enthousiasme démontré par le descripteur des Voltigeurs, puisque la séquence vidéo du but a fait le tour de la province.

Frédéric Beaulieu a par la suite rappelé qu’il décrivait d’abord la partie pour les amateurs de Drummondville, qui venaient de constater l’élimination de leur équipe. La fatigue est également une raison donnée pour le ton emprunté sur la séquence.

Pendant ce temps, le descripteur des Remparts, Ray Cloutier, décrivait évidemment le but de Sigouin avec énergie.

« Honnêtement, quand j’ai vu les images du but sur Facebook, j’ai trouvé que Frédéric manquait un peu d’émotions dans la description de ce jeu, admet Marc Bryson, mais étant moi aussi descripteur, je peux comprendre! Je connais la réalité du junior majeur. De mon côté, une partie de ma paie vient du Phoenix de Sherbrooke. Je voyage avec l’équipe et nécessairement, l’organisation s’attend à ce que je sois un peu chauvin sans toutefois être subjectif dans ma description. Je vais toujours décrire avec plus d’émotions un but du Phoenix qu’un but de l’adversaire. Tous les descripteurs de la LHJMQ feront pareil. »

Marc Bryson a également décrit les rencontres des Sénateurs d’Ottawa à l’époque sur les ondes de la radio des Sénateurs et admet qu’un descripteur de la LNH se gardera une certaine réserve sur les chaînes nationales, mais utilisera encore un ton différent pour décrire un but de l’équipe locale comparativement à un but des visiteurs.

« Ce n’est pas la même chose. Oui, j’avais un peu plus d’entrain pour les buts des Sénateurs, mais on doit aussi donner un show pour celui qui appuiera l’autre l’équipe. Dans le junior, je travaille différemment. J’ai déjà aussi été victime de certaines attaques dans le passé. Je crois que tous les descripteurs ou analystes ont vécu la même chose sur les réseaux sociaux. Je n’ai pas été surpris de voir tous ces commentaires sur les réseaux sociaux après le but de Thomas Sigouin. Par contre, j’étais déçu. Ça manque de classe et de respect. »

Frédéric Beaulieu a subi les attaques de plusieurs internautes depuis le but marqué par Thomas Sigouin, vendredi.

Même son de cloche pour le descripteur Luc Chénier et l’analyste Yanick St-Denis, présents à tous les matchs des Olympiques de Gatineau. 

« Je trouve ça déplorable, ce qui arrive à Frédéric. Si les descripteurs à TVA, RDS ou encore TSN doivent être un peu plus neutres, dans le junior, on peut se permettre d’avoir un certain parti pris. Je comprends que ce but passait à l’histoire et que c’est un événement rare et spectaculaire. J’aurais mis un peu d’émotion tout en me gardant une certaine retenue pour les partisans de notre équipe, surtout si elle se dirige vers une élimination », avance Luc Chénier. 

Ce dernier lance un appel au calme aux amateurs de hockey. 

« Le monde est rendu fou sur les réseaux sociaux. Ça se cache derrière un ordinateur en croyant pouvoir dire n’importe quoi à n’importe qui. Ça m’est arrivé à moi aussi de recevoir des messages de bêtises et des insultes. Parfois, ça n’a plus d’allure. On fait souvent beaucoup de vagues avec rien. C’est ce qui est malheureux aujourd’hui avec Facebook et Twitter par exemple. On peut être en désaccord tout en restant respectueux », croit Luc Chénier.

« Normalement, les partisans opteront pour le descripteur local lorsque viendra le temps de suivre la partie. Ils n’écouteront pas le son de la radio de l’équipe adverse. Dans ce cas, la séquence qui a circulé sur les réseaux sociaux est celle de l’équipe adverse. C’est pour ça que les internautes ont réagi fortement, en ne connaissant pas trop la réalité de la LHJMQ », estime pour sa part Yanick St-Denis. 

Notons que les Remparts de Québec ont retiré leur tweet dans lequel était inclus le vidéo avec la description de Frédéric Beaulieu en lançant eux aussi un appel au calme.

Le directeur général des Voltigeurs, Philippe Boucher, a également dénoncé la teneur des propos de certains internautes, tout comme le gardien Thomas Sigouin, auteur du but.

« Ces commentaires ne sont pas nécessaires. Je trouvais ça plate que les gens s’arrêtent à la description plutôt que d’apprécier la séquence. Personne ne mérite ce genre de traitement », a confié le gardien des Remparts.