Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Charles Beaudoin a été choisi la première étoile du match.
Charles Beaudoin a été choisi la première étoile du match.

Les Cataractes répliquent dans un match robuste

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Sous pression après avoir perdu le premier match de la série la veille, les Cataractes ont répondu de la bonne façon samedi soir avec une performance vigoureuse, qui a produit une victoire de 7-1 sur l’Océanic de Rimouski au centre Gervais Auto.

Pour niveler les chances 1-1 dans cette série trois de cinq, les hommes de Ron Choules ont enfilé leurs bottines de travail. L’Océanic a joué comme la veille, évitant le plus possible les revirements et se faisant insistant auprès des meilleurs éléments ennemis. La différence, c’est que les Cataractes ont déployé autant d’intensité que leurs rivaux. Résultat, le talent shawiniganais est ressorti du lot et a départagé les deux clubs à partir de la deuxième période.

Le premier but marqué par l’Océanic.

Les locaux ont amorcé ce match en force, et ils n’ont pas baissé la cadence quand l’Océanic a marqué le premier but de la soirée. Puis est survenu un point tournant, soit un but refusé à l’Océanic après que William Dumoulin ait provoqué un contact léger entre le gardien Antoine Coulombe et son défenseur Marc-Antoine Pépin.

C’est ensuite un jeu de puissance qui a ouvert les écluses shawiniganaises. Justin Bergeron a battu son ancien camarade Creed Jones d’un joli tir du poignet. Vingt-cinq petites secondes plus tard, Charles Beaudoin, qui avait dynamisé son équipe quelques minutes plus tôt avec une retentissante mise en échec, profitait d’un moment d’inattention de Jones pour lancer les Cataractes en avance 2-1.

En deuxième, l’Océanic a été largué, et ce fut le point de départ d’un festival de rudesse. Les deux clubs ont échangé plusieurs coups, les officiels en ont eu plein les bras. Plus de 70 minutes de pénalité ont été distribués et il y en aurait facilement le double si ce match avait été disputé en saison. Par deux fois, le gardien de l’Océanic, Creed Jones, a frappé un joueur des Cataractes dans les parties génitales avec son bâton. Il y a eu quelques bagarres, dont une impliquant la recrue de 16 ans Isaac Ménard. Puis en fin de troisième, sur un avantage numérique, un coup de hache à deux mains de Jeremy Biakabutuka a expédié Xavier Bourgault directement à l’infirmerie.

Solide dans la défaite la veille, Antoine Coulombe a servi une deuxième performance convaincante de suite entre les poteaux pour les Cataractes. De son côté, Beaudoin a dirigé l’attaque avec un doublé et une mention d’aide. Isiah Campbell (2), Lorenzo Canonica et Marc-Antoine Pépin ont aussi fait briller la petite lumière rouge derrière le filet adverse. «Ce sont deux bonnes équipes qui s’affrontent. Toute notre équipe a répondu ce soir. Ce sont les séries, les deux clubs veulent gagner, c’est ce qui explique le jeu robuste», soulignait Beaudoin, qui ne voulait pas prendre trop de crédit pour avoir galvanisé les troupes avec son coup d’épaule meurtrier en première. «Ce n’est pas un seul jeu qui a provoqué de l’énergie, c’est un ensemble de jeux! On a livré un gros match.»

Ron Choules partageait l’analyse de son vétéran attaquant de 18 ans. «Fallait gagner ce match. Il y avait beaucoup d’émotion. Je suis très content des joueurs. C’est juste une victoire, faut pas trop s’emballer, mais on a une vraie série sur les bras. On a encore grandi ce soir», livrait Choules, qui ne s’en voulait pas d’avoir utilisé  Bourgault tard dans la soirée sur un jeu  de puissance. «C’est facile à dire après. Au moins, je pense que Xavier va être correct.»

Le vétéran pilote n’a pas voulu dire si son équipe allait envoyer quelques clips au préfet de discipline. Pour l’instant, seul Jérémy Martin est suspendu en vue du match numéro trois, lui qui a bondi sur Jones… après avoir encaissé un coup dans les bijoux de famille! «Je suis convaincu qu’Éric Chouinard (le Préfet de discipline) va faire son travail», lançait Choules, en félicitant Ménard pour son courage. «Ce n’est pas le genre de joueur que tu aimes voir impliquer dans une bagarre. Il a très bien fait ça! Il a effectivement gagné le respect de ses coéquipiers. Je suis très fier de lui.»

De l’autre côté, Serge Beausoleil revenait sur la décision du juge vidéo de renverser le but accordé à l’Océanic en première. «C’est une décision très controversée. J’avais des directeurs généraux de la ligue qui me textaient durant le match pour me dire à quel point ils n’en revenaient pas de la décision. Mais bon, il fallait continuer à jouer après ça! Qu’on perde 2-1 ou 7-1, on a eu  ce qu’on méritait. On a trop ouvert le jeu. On affrontait une équipe qui ne pouvait pas échapper ce match-là, ce fut très robuste. Et puis on a quand même touché cinq poteaux. On aurait pu être un peu plus chanceux.»

Les deux équipes se retrouvent lundi soir, pour le troisième match de la série.