Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le grand sportif Alain Guilbert est décédé.
Le grand sportif Alain Guilbert est décédé.

Le grand sportif Alain Guilbert est décédé

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Pédagogue, entraîneur, administrateur, bénévole impliqué, athlète accompli: le milieu sportif de la Mauricie et du Centre-du-Québec a perdu l’un de ses grands ambassadeurs, Alain Guilbert, qui a rendu l’âme vendredi en matinée.

M. Guilbert combattait un cancer depuis plusieurs mois. Son fils Stéphane, qui a suivi ses traces en devenant un excellent lanceur de softball, a annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux. Comme il fallait s’y attendre, plusieurs dizaines de témoignages ont par la suite afflué.

«Alain incarnait la classe et le respect. Je ne l’ai jamais vu péter les plombs sur le terrain», témoigne l’entraîneur Jean-Yves Doucet, qui n’hésite pas à parler d’un mentor. «Il aura été un battant jusqu’à la fin. Il a passé neuf semaines aux soins palliatifs, mais il est toujours demeuré positif.»

Celui que l’on surnommait «Tad» a marqué de nombreuses générations d’élèves et de sportifs. Plus jeune, il fut considéré comme l’un des meilleurs artilleurs de balle rapide (fastball). Il collectionnait les honneurs individuels et collectifs, autant dans la région que sur la scène provinciale.

Enseignant en éducation physique, en gestion de même qu’en communication, il a occupé divers postes de direction au sein d’établissements scolaires. On l’a aussi vu à la direction générale du Club de golf Godefroy (1998 à 2001). Dans les dernières années, il s’était notamment impliqué dans l’organisation de la course Esprit Sain de Nicolet.

Originaire de Saint-Maurice et ayant grandi dans une famille mordue des sports, Alain Guilbert, devenu plus tard Nicolétain d’adoption, a joué un rôle clé dans le monde du baseball et du softball. Pas plus tard qu’à l’automne 2019, Softball Québec lui rendait l’ultime hommage avec son entrée au Temple de la renommée.

Il a également oeuvré comme conseiller professionnel pour Québec en forme de même qu’à la présidence de la Fondation prévention suicide les Deux Rives.

«Il avait cette faculté de rendre tous les joueurs meilleurs, de les mettre à l’aise», enchaîne Jean-Yves Doucet.

«Aider les autres, c’était en lui. À une époque où la balle rapide perdait de la vitesse au Centre-du-Québec, il a joué un rôle crucial en organisant le championnat provincial à Nicolet. Nous, on a juste eu à continuer son oeuvre.»

Alain Guilbert laisse dans le deuil sa conjointe, Jeanne-D’Arc Doucet, trois enfants (Marie-Claude, Stéphane et Nicolas) ainsi que de nombreux proches et amis.