Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’Académie des Aigles est en opération depuis 2016 et elle a reçu en 2019 la visite d’Abraham Toro.
L’Académie des Aigles est en opération depuis 2016 et elle a reçu en 2019 la visite d’Abraham Toro.

L’Académie des Aigles tend la main aux jeunes défavorisés

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Soucieuse de rendre le baseball accessible à tous, l’Académie des Aigles de Trois-Rivières lance le programme JIMD, afin d’encadrer 25 jeunes issus des milieux défavorisés.

L’idée, c’est de défrayer les coûts d’inscription à l’association locale, de leur procurer le matériel nécessaire et même de leur offrir des cliniques à l’Académie afin de permettre à ces jeunes de tomber en amour avec le baseball. L’Académie veut ratisser le plus large possible pour ces bourses qui vont atteindre plus de 500 $ chacune, alors que les jeunes de 8 à 16 ans sont ciblés. Les familles étant touchées durement par la COVID-19 sont également admissibles au programme.

«L’Académie est là depuis 2016 et elle a toujours voulu redonner à la communauté. Ce programme, c’est un geste concret dans cette vision», soulignait le président Pascal Boislard.

Responsable du programme, Maxime Munger espérait recueillir un maximum de candidatures via le site Internet de l'activité. «La date limite pour soumettre une candidature est le 30 avril», expliquait-il.

Évidemment, pour concrétiser un projet comme celui-là, les Aigles ont fait appel à des partenaires financiers. L’un d’eux, le député Simon Allaire de Maskinongé, ne cachait pas sa fierté d’être associé à celui-ci. «C’est impossible de refuser de s’impliquer dans un projet comme celui-là. J’aime le baseball, un sport au rythme plus lent où il est donc possible de socialiser un peu plus. J’aime aussi les valeurs qui sont enseignées par ce sport. Les jeunes choisis auront, de plus, la chance de côtoyer des joueurs des Aigles, et des anciens. Il ne faut sous-estimer l’impact de telles rencontres.»