Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le directeur des opérations des Cataractes de Shawinigan Claude Vallée, à droite, et Joey Blouin, directeur du marketing et des communications. ­­
Le directeur des opérations des Cataractes de Shawinigan Claude Vallée, à droite, et Joey Blouin, directeur du marketing et des communications. ­­

Environnement protégé de Shawinigan: sécurité rehaussée et économie favorisée

Matthew Vachon
Matthew Vachon
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Alors que la troisième vague de cas de COVID-19 continue de déferler sur la province, la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) amorce ses séries éliminatoires avec la ferme intention de remettre la coupe du Président. Pour y arriver, les matchs seront encore disputés au sein d’environnements protégés. Par contre, ceux-ci présenteront des mesures sanitaires rehaussées pour limiter encore plus les risques de contagion. Pour preuve, des agents de sécurité ont été engagés afin de s’assurer du respect des règles établies.

En plus de la présence de ces vigiles, les équipes ont également dû se pointer dans les environnements protégés une journée plus tôt afin d’administrer un test COVID supplémentaire avant le début des hostilités. Auparavant, les joueurs étaient testés à trois jours de leur entrée dans la bulle puis une nouvelle fois à leur arrivée. Cela faisait en sorte que les résultats pouvaient être reçus au cours du premier match. En se présentant une journée plus tôt, ça ne sera plus le cas. Les mesures sur la glace ont également été renforcées. En effet, les arbitres et les juges de lignes devront désormais porter un masque pour limiter la transmission.

«En gros, c’est sensiblement la même chose que lors des précédents environnements protégés. Là, il y a seulement plus d’éléments à vérifier. Par exemple, cette fois-ci, il faut placer des agents de sécurité dans les hôtels pour la sécurité des joueurs et des gens autour. Nous sommes avec des personnes qui n’ont pas toutes été vaccinées, donc il faut faire attention à nos joueurs. Nous avons vu ce qui s’est passé avec l’éclosion chez les Olympiques de Gatineau», a expliqué le directeur des opérations des Cataractes de Shawinigan, Claude Vallée.

Dans le cadre de cet environnement protégé présenté au centre Gervais Auto, ce sont quatre équipes, plus précisément les Cataractes, l’Océanic de Rimouski, l’Armada de Blainville-Boisbriand et les Olympiques de Gatineau, qui séjourneront en Mauricie. La série entre les Cataractes et l’Océanic doit se terminer au plus tard le 30 avril tandis que celle entre Blainville-Boisbriand et Gatineau ne s’étendra pas au-delà du 5 mai. Cette différence s’explique par le fait que les Olympiques, victimes d’une importante éclosion de cas de COVID-19, ne pourront arriver que plus tard à Shawinigan. «À l’aréna, toutes les formations apportent leur propre équipement au complet. La seule chose que nous faisons pour les équipes, c’est le lavage. Nous avons une firme externe qui s’en charge. Ce qui doit être lavé est ramassé à la fin de la journée et le tout est rapporté dans les délais pour le lendemain matin.»

­

Trois des formations seront réparties au sein de deux hôtels à Shawinigan, soit l’Hôtel Gouverneur et le Comfort Inn. Chaque équipe aura son propre étage de l’établissement ainsi que des salles pour son usage exclusif. Il est à noter que les Cataractes demeureront dans leur propre résidence. «C’est pourquoi il y a un gardien de sécurité. C’est vraiment pour s’assurer que chaque formation suit les consignes à la lettre.»

En ce qui concerne les repas, c’est le service de traiteur Le Rouge Vin qui s’occupera de l’alimentation de tout le monde dans l’environnement protégé.

Un apport économique apprécié

Cet environnement protégé est déjà le troisième tenu au centre Gervais Auto cette saison. En ces temps plus difficiles sur les plans touristique et économique, ces événements organisés par la LHJMQ permettent aux hôtels et au traiteur impliqués de profiter d’importantes sources de revenus.

L’Hôtel Gouverneur de Shawinigan recevra l’Océanic et les Olympiques au cours des prochaines semaines. Du côté du Comfort Inn, qui reçoit uniquement l’Armada, la routine de travail ne change pas énormément. Par contre, la gérante de l’établissement Marie-Chantal Langlais apprécie grandement la tenue d’un tel rendez-vous sportif à Shawinigan étant donné les retombées économiques que cela amène. «L’équipe se retrouve seule dans une aile de l’hôtel. Personne n’y aura accès. Tout est très sécuritaire. Depuis le début de la pandémie, nous avons inculqué à nos employés une façon de travailler et nous conservons la même dans ce cas-ci. […] C’est un événement avantageux pour l’économie de Shawinigan. Tant mieux si le hockey peut offrir ça.»

Le son de cloche était le même du côté du président et copropriétaire du traiteur Le Rouge Vin Patrick Buisson. Le présent environnement protégé permet notamment de faire travailler cinq cuisiniers et six serveurs supplémentaires afin de répondre à la demande. Les journées sont très chargées étant donné que chaque club profite d’un déjeuner, d’un dîner, d’un souper et de trois collations. Il y a du travail à faire dès 6 h le matin jusqu’à minuit. «Par les temps qui courent, notre service de traiteur et nos salles à manger fonctionnent à bas régime. Donc, nous accueillons bien ça cette demande supplémentaire en lien avec les environnements protégés. Tout cela nécessite évidemment une importante organisation logistique, car les équipes seront installées dans deux hôtels différents. Il y a vraiment une belle organisation dans ces environnements protégés et ça fait rouler l’économie locale. Nous sommes contents que Shawinigan ait été choisie à nouveau», a-t-il soutenu.

Pour les Cataractes, ces bulles permettent à tout le monde d’y trouver son compte. «L’économie de Shawinigan bénéficie de ces environnements protégés, c’est certain. Nous avons une excellente collaboration de la part de l’Hôtel Gouverneur et du Confort Inn. Nous sommes également privilégiés d’avoir l’équipe du traiteur Le Rouge Vin avec nous. Nous sommes très chanceux d’avoir ces personnes qui sont au rendez-vous de nos folies», a fait valoir Vallée.