Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Anthony Beauregard, un ancien des Foreurs de Val-d’Or et des Stingers de l’Université Concordia, mène la Ligue ECHL pour les points depuis le début de la saison.
Anthony Beauregard, un ancien des Foreurs de Val-d’Or et des Stingers de l’Université Concordia, mène la Ligue ECHL pour les points depuis le début de la saison.

Des Québécois s’illustrent dans l’ECHL: les signaux sont encourageants pour le club de Trois-Rivières et son directeur général

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Marc-André Bergeron a souvent mentionné que les joueurs du Québec auront une place de choix au sein de sa future équipe de l’ECHL, à Trois-Rivières. Ça tombe bien, plusieurs de nos hockeyeurs connaissent du succès cette saison dans la troisième division nord-américaine.

Il y a quelques jours, deux d’entre eux, Anthony Beauregard et Alex Dubeau, ont été nommés respectivement joueur et gardien de la semaine (15 au 21 mars). Beauregard, actuel meneur au classement des meilleurs pointeurs de l’ECHL, joue pour le Thunder de Wichita (Kansas) tandis que Dubeau, qui a remporté la Coupe Memorial avec les Cataractes en 2012, garde les buts pour les Stingrays de la Caroline du Sud.

Ça ne veut pas dire qu’ils évolueront pour le deuxième club-école des Canadiens au nouveau Colisée en 2021-22, mais cela conforte Bergeron par rapport à la philosophie que cette nouvelle concession souhaite implanter dans son marché.

Le directeur général de l’équipe, dont le nom n’a pas été dévoilé pour l’instant, regarde plusieurs rencontres de l’ECHL chaque semaine. Il est en mesure de constater que des Québécois tirent leur épingle du jeu.

«Notre bassin de joueurs est extraordinaire. On ne pourra évidemment pas tous les attirer à Trois-Rivières, entre autres pour des questions de contrats et d’affiliations, mais c’est encourageant de voir qu’il y en a autant qui se démarquent», affirme Bergeron.

Règles de l’ECHL obligent, le DG ne peut embaucher de joueurs avant le 9 juillet. Ça ne veut pas dire qu’il se tourne les pouces, au contraire!

«J’ai dressé une liste d’environ 350 joueurs du Québec, tous susceptibles d’avoir un intérêt pour Trois-Rivières l’année prochaine. Ces gars se retrouvent un peu partout en Amérique du Nord et en Europe.»

Il étudie une panoplie de circuits professionnels, mais également les rangs universitaires canadiens. Beauregard (Université Concordia) et Dubeau (Université du Nouveau-Brunswick) ont d’ailleurs brillé dans le hockey universitaire avant d’aboutir dans l’ECHL.

L’ex-portier des Cataractes, Alex Dubeau, se signale cette saison avec les Stingrays de la Caroline du Sud.

«Pour être honnête, n’y a pas une ligue qui m’intéresse plus qu’une autre dans mes recherches. Grâce aux statistiques avancées, on essaie de visualiser à quoi ressemblerait la production d’un joueur dans l’ECHL si, par exemple, il arrive de l’Autriche ou du hockey universitaire canadien. Ce sont des outils précieux dont on se sert afin de préciser nos attentes envers certains d’entre eux. C’est sûr qu’il y en a parmi eux qui nous intéressent plus que d’autres. On commence tranquillement à rejoindre des agents...»

Les espoirs des Canadiens... et les autres

Une partie des joueurs qui composera l’alignement de départ du club trifluvien, pour sa saison inaugurale à l’automne 2021, sera sous contrat avec l’organisation des Canadiens. Les autres auront été engagés par Bergeron et son équipe.

«Le but, c’est de développer des joueurs en étant très compétitifs dans l’ECHL.»

Anthony Beauregard et Alex Dubeau ne sont pas les seuls exemples de patineurs québécois qui se font remarquer pour les bonnes raisons, cette année dans l’ECHL. Matthew Boucher, 23 ans, revendique presque un point par match avec les Grizzlies de l’Utah. L’ancien des Remparts a joué deux ans au hockey universitaire, dans les Maritimes.

Comme Boucher, le vétéran Stefan Fournier, 28 ans (Wichita), s’est retrouvé sur le tableau d’honneur de l’ECHL depuis le début de la campagne.

Plus récemment, Vincent Marleau, champion de la Coupe Memorial avec les Huskies de Rouyn-Noranda en 2019, s’est entendu avec le club de Tulsa en Oklahoma. Après avoir entamé la saison dans l’ECHL à Wheeling, Félix Robert a joint les rangs du club-école des Penguins de Pittsburgh, à Wilkes-Barre dans la Ligue américaine.

Le directeur général du club de Trois-Rivières, Marc-André Bergeron, a dressé une liste de 350 joueurs du Québec qui pourraient avoir un intérêt à jouer dans l’ECHL l’an prochain.

Cédric Montminy, Samuel Laberge, Cédric Paré, Pascal Aquin, Michaël Joly et Antoine Waked sont tous des joueurs âgés de 26 ans ou moins qui évoluent dans l’ECHL en 2021. Ils ont su se tailler une place dans leur club respectif, bien que près de la moitié des franchises du circuit (12 sur 26) aient décidé de faire l’impasse sur la présente saison, conséquence de la pandémie.

À Fort Wayne en Indiana, le Latuquois Morgan Adams-Moisan a intégré cette année une bonne délégation de Québécois aux côtés de Louis-Philippe Guindon, Mathieu Brodeur, Olivier Galipeau, Marc-Olivier Roy et Anthony Nellis.

«Encore une fois, ça nous prouve qu’il y a beaucoup de hockeyeurs du Québec qui font de belles choses. Ce n’était pas évident cette saison d’avoir un contrat dans l’ECHL, surtout avec 14 équipes actives au lieu de 26», de conclure Marc-André Bergeron, qui devrait nommer son entraîneur-chef d’ici le début de l’été.

Quant au nom et au logo du club, on attend toujours.