Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Carl Forand et son entreprise, Solidarity Sports Masks, ont développé un couvre-visage de protection destiné à être porté par des joueurs pratiquant des sports de contact, comme le hockey, le dek hockey et le football. Ce masque s’attache et s’adapte aux grilles de plusieurs casques.
Carl Forand et son entreprise, Solidarity Sports Masks, ont développé un couvre-visage de protection destiné à être porté par des joueurs pratiquant des sports de contact, comme le hockey, le dek hockey et le football. Ce masque s’attache et s’adapte aux grilles de plusieurs casques.

Couvre-visages dans les sports d’équipe: Carl Forand attend des réponses [ARTICLE AUDIO] 

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Carl Forand, un entrepreneur de Trois-Rivières, a vendu plus de 7000 couvre-visages adaptés à la pratique de certains sports, dont le hockey et le football. Il souhaite maintenant que son produit soit utilisé en vue de la reprise des sports collectifs, cet été.

Le propriétaire de Solidarity Sports Masks a lancé, lundi, son nouveau modèle de couvre-visage réservé aux gardiens de but de hockey, de crosse, de ringuette et de dek hockey. Il espère ainsi faire sa part pour le retour des sports organisés, notamment le dek hockey, une discipline en vogue au Québec depuis plusieurs années déjà.

Pour l’instant, toutes les activités officielles de ligues sont interdites. Il est toutefois possible de réserver des plateaux, en respectant les mesures sanitaires en place, dont le port du masque quand la distanciation de 2 mètres s’avère impossible à respecter, comme au dek hockey.

Des dizaines d’organisations se croisent les doigts pour qu’il y ait une saison au Québec cet été. Même chose pour les fédérations sportives, y compris le baseball et le soccer.

Il y a quelques semaines, une collaboration avec Martin Bédard des Alouettes de Montréal ainsi que Francis Larivière, gérant de l’équipement du Phénix du Collège André-Grasset, a permis à Carl Forand de proposer un masque adapté à la pratique du football. Un prototype qui pourrait s’avérer utile pour le retour des sports scolaires, cet automne.

«On n’a pas cessé d’améliorer nos produits depuis l’hiver», explique Carl Forand.

Écoutez cet article en version audio.

Des tests concluants

Solidarity Sports Masks a développé un couvre-visage de protection destiné à être porté par des joueurs pratiquant des sports de contact. Ce masque s’attache et s’adapte aux grilles de plusieurs casques. Son objectif? Accélérer la reprise de ces disciplines en proposant un produit ayant un potentiel de protection contre certains aérosols.

Depuis le début de l’aventure, Forand a sondé des dizaines de personnes pour le guider dans ses démarches de jeune entrepreneur. Il a notamment pu s’entretenir avec Sasha Ghavami, l’agent de Laurent Duvernay-Tardif.

Il a aussi fait appel à une firme spécialisée, question de tester ses masques dans des environnements qui se rapprochent de la pratique sportive à haute intensité. Forand s’est plié à une série d’activités avec son couvre-visage, dans une chambre test où du propylène glycol, un aérosol, était diffusé dans l’air.

«Les tests ont été concluants: pour le masque de hockey, la concentration de l’aérosol à l’intérieur du masque était 3,5 fois moins élevée qu’à l’extérieur. Pour le masque de football, c’était 2,5 fois moins. On ne peut pas dire que le couvre-visage est éprouvé contre la COVID-19, mais le port de notre couvre-visage permet une meilleure efficacité de la gestion du risque, dans la transition vers le retour des sports.»

Carl Forand a fait plusieurs apparitions dans les médias depuis l’hiver, mais il admet avoir eu de la difficulté à s’entretenir avec des responsables de la Santé publique. Un canal de communication fut ouvert, récemment, avec le bureau de la ministre déléguée à l’Éducation responsable des dossiers concernant le sport, les loisirs et les saines habitudes de vie, Isabelle Charest.

«Ils ont les résultats de l’étude. La balle est donc dans leur camp.»

Carl Forand maintient que ce n’est pas pour faire de l’argent qu’il désire mettre de la pression sur le cabinet de la ministre. Il pense d’abord aux jeunes, «tannés de se contenter des pratiques d’habiletés.»

«Je viens du monde du hockey, je connais plein d’entraîneurs et le discours est sensiblement pareil, peu importe à qui tu parles: on commence à manquer d’idées pour inventer des drills! Oui, on vend des masques, mais on veut surtout vendre de l’espoir. Il va falloir que ça bouge pour l’été.»

En ce sens, la ministre Charest a tout de même avancé que la saison estivale 2021 pourrait ressembler à celle de 2020, alors qu’une grande proportion de la population aura reçu au moins une dose de vaccin en juin.

«Moi, dans un monde idéal, j’arrêterais de vendre des masques, parce que ça voudrait dire que la bataille est gagnée! En attendant de vaincre la COVID, si on veut une cohérence avec les décisions qui sont prises, je pense qu’il faut regarder ce qu’il est possible d’appliquer pour le retour des sports collectifs extérieurs pratiqués dans un environnement sécuritaire.»

Carl Forand a ses entrées dans une trentaine de points de vente, au Canada et aux États-Unis. «Le gros marché, en ce moment, c’est le dek hockey. Je serais tellement content de voir mes masques dans des matchs officiels de ligues cet été!»

Il a d’autres plans, à moyen et long terme, pour Solidarity Sports Masks. «Je ne veux pas que ça reste une compagnie de couvre-visages, parce que ça ne va pas durer éternellement, la règle du port du masque! Je souhaite développer une ligne de vêtements et aborder le thème de la maladie mentale, amasser des fonds pour cette cause, qui m’a touche encore plus depuis un an.»

Sauf que d’ici là, il aimerait avoir des retours de la ministre et de la Santé publique. Car comme des milliers d’autres sportifs, Carl Forand a hâte de jouer des matchs.