Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mavrik Bourque a inscrit un truc du chapeau lundi soir.
Mavrik Bourque a inscrit un truc du chapeau lundi soir.

Bourque s’occupe de l’Océanic

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Discret depuis le début de la série face à l’Océanic, Mavrik Bourque a fait la différence lundi soir. Avec un tour du chapeau, le capitaine des Cataractes a mené son club à une victoire de 5-2 qui lui permet de prendre l’avance 2-1 dans cette série trois de cinq qui se poursuivra mercredi au centre Gervais Auto.

Bourque a commencé son travail dès la sixième minute de jeu, profitant d’un deux contre un pour battre Creed Jones dans la lucarne. Après avoir vu l’Océanic créer l’égalité 1-1, il a été oublié dans l’enclave une petite seconde, une fenêtre suffisante pour convertir un retour de lancer de Xavier Bourgault. Puis, avec moins de deux secondes à écouler à la première, Vasily Ponomarev a porté l’avance à 3-1 en revenant rapidement dans l’enclave pour déjouer Jones du côté rapproché, après un bond favorable derrière le filet.

Ce but encaissé tout juste avant la sirène aurait pu ébranler bien des équipes. Mais l’Océanic est revenue se battre en deuxième. Inspirée par Creed Jones, qui a fait quelques bijoux, notamment sur Xavier Bourgault, l’équipe de Serge Beausoleil a ensuite trouvé le moyen de marquer un deuxième but grâce à un tir pesant de Jacob Mathieu. Tout le monde s’attendait alors à retraiter au vestiaire avec ce pointage de 3-2 en faveur des Shawiniganais, soudainement sous pression. Le duo Bourgault/Bourque s’est toutefois occupé d’éloigner leur équipe de leurs coriaces rivaux, la passe magique du premier trouvant la palette du second, blotti derrière la défensive adverse. Un autre but réussi en toute fin d’engagement et cette fois, l’Océanic n’a pas été en mesure d’y survivre.

En troisième, Ponomarev a scellé l’issue du match avec un but en avantage numérique. «Ce fut un bon match. Ce n’est pas parfait, nous avons encore des choses à améliorer mais en séries, l’important c’est la victoire et nous l’avons obtenue», soulignait Bourque, soulagé d’avoir noirci la feuille de pointage. «J’ai eu des chances dans les deux premiers matchs, j’ai manqué d’opportunisme. Ça fait du bien de marquer, c’est sûr. L’équipe a réussi à aller chercher deux buts dans les fins de période, ce fut très productif pour nous.»

Bourque a eu droit aux éloges de son pilote. «Mavrik a élevé son jeu d’un cran, Vasily et Xavier aussi. Ils ont pris les choses en main», racontait Ron Choules, un peu moins épaté par la performance générale de l’équipe. «Je donne crédit à l’Océanic, c’est une équipe qui travaille fort. De notre bord, je pense qu’on peut être meilleurs que ça. J’ai vu des joueurs tricher en début de match, je sentais un peu d’arrogance… Il faut nettoyer cet aspect-là de notre jeu. On sait que la troisième victoire sera la plus difficile à aller chercher.»

Dans l’autre camp, Serge Beausoleil pointait les deux buts en fin de période. «Surtout en fin de deuxième. On venait de rétrécir l’écart à 3-2. On s’est entêté à essayer des jeux compliqués. On a raté des couvertures. On a travaillé fort, on a vendu chèrement notre peau mais face à une équipe aussi talentueuse, le marquage doit être plus serré.»

Contrairement à samedi, il n’y a pas eu trop de débordements. Ça s’est animé un brin en troisième, mais les officiels ont gardé le contrôle durant la soirée. «Ça joué pas mal plus au hockey! Il y a eu entre 50 et 60 mises en échec ce soir, ce fut un bon match des séries, mais il n’y a pas eu de débordements. Cette série n’est pas terminée, on va aller se reposer et se préparer pour jouer un match sans lendemain», a conclu Beausoleil.

Les deux équipes se retrouvent mercredi soir.