Luc Tardif a été intronisé au Temple de la renommée des sports de la Mauricie et il a été accueilli par le président Denis Morel et Bernard Milette, de Molson.

Sport-hommage: un retour aux sources pour Luc Tardif

Le Gala Sport-hommage a donné lieu à de beaux moments d'émotion, particulièrement pour Luc Tardif, René Marcil, Luce Mongrain et Normand Rochefort qui ont officiellement fait leur entrée au Temple de la renommée sportive de la Mauricie.
Installé en Europe depuis 39 ans, il n'était pas question pour Tardif de rater son intronisation. Il a donc sauté dans un avion et parcouru les 5000 km qui le séparaient de Trois-Rivières afin de recevoir cet honneur, mais aussi retrouver ses collègues de jeunesse.
«C'est comme une machine à remonter dans le temps. J'ai revu des dirigeants, mais aussi des copains. Ça me permet aussi de constater l'évolution du sport mauricien. Dans notre temps, il n'y avait que le baseball et le hockey, alors qu'aujourd'hui, on voit tous les sports», a mentionné celui qui est à la tête de la Fédération française de hockey sur glace.
Tardif a profité de la soirée pour retrouver l'un de ses anciens compagnons, René Marcil. Les deux hommes se sont côtoyés sur les patinoires trifluviennes, mais aussi dans les hautes sphères du hockey, puisque Marcil a agi à titre de président du conseil d'administration de Hockey Canada de 2005 à 2007.
«Je fais maintenant partie des meubles, a rigolé Marcil. Que les gens m'aient gardé dans leur esprit, c'est plaisant. J'espère que je donne au monde le goût de s'impliquer lorsqu'ils voient ce que j'ai fait. C'est une roue qui tourne et si j'ai réussi à en stimuler d'autres, c'est tant mieux.»
Pour Luce Mongrain, les astres étaient alignés, puisqu'elle a été intronisée à l'endroit même où elle travaille avec les jeunes athlètes de l'Académie des Estacades. Mais avant tout, c'est pour sa carrière au sein de l'équipe canadienne de soccer qu'elle a reçu cet honneur.
«Que ça se fasse chez nous, ça fait une pierre deux coups. Je n'aurais pas pu écrire un scénario plus idéal. Je pense qu'on m'honore pour ma carrière de joueuse, mais pour ce que je fais présentement aussi. Je suis contente qu'on ait souligné ce que je fais maintenant, parce que l'important, c'est le développement des jeunes.»
Finalement, l'ancien hockeyeur de la LNH Normand Rochefort a lui aussi fait son entrée au Temple. Celui-ci était toutefois absent, retenu en Floride où il habite maintenant. C'est son père, Pierre, qui l'a représenté. «Mes plus beaux souvenirs sont lorsqu'il avait fait partie d'Équipe Canada et sa participation à Rendez-vous 87. C'était un honneur de jouer contre les Russes, mais c'était énervant pour moi aussi», a raconté le paternel.